Publié par : La société solidaire et durable | septembre 26, 2016

La Hollande va construire ses routes avec du plastique recyclé… issu du nettoyage des océans !


Chers lecteurs,

Depuis longtemps, les Néerlandais ont un rapport particulier avec la mer. Après avoir régné les océans pendant des siècles grâce à leurs puissants navires, après avoir dompté les flots pour construire des villes à la place des eaux, ils lui doivent beaucoup, à la mer, et ils le savent bien !

C’est peut-être pour cela, finalement, qu’ils s’apprêtent à construire les premières routes entièrement construites en plastique recyclé, récupéré dans les océans ! Sans doute une manière de montrer aux dieux des marées que l’industrialisation du pays ne fait pas que grignoter de l’espace sur la Mer du Nord, mais qu’elle peut également jouer en la faveur de Poséidon.

Décidément, ils sont très forts, ces Bataves, dans le domaine de l’écologie, puisqu’ils avaient déjà inventé la première « piste cyclable solaire », pour permettre aux gens circulant à vélo de consommer encore moins d’énergie… Et c’est aussi un jeune Néerlandais, âgé de 19 ans à peine, qui a inventé un système révolutionnaire de dépollution des océans ! Car Rotterdam sera la première ville au monde sur laquelle les voitures cesseront de rouler sur de l’asphalte, pour circuler sur… des résidus de plastique repêché dans les océans.

Et, par chance, il existe justement de vastes « gisements » de plastique dans la nature, des endroits où il s’en trouve à foison… Les Océans, qui sont chaque année pollués par des tonnes et des tonnes de plastique !

Grâce à cette ressource disponible en grandes quantités, on pourra construire tout en ayant un impact véritablement positif sur l’environnement, une grande première.


Des blocs préfabriqués de plastique recyclé, creux, qui s’emboîtent entre eux à la façon d’un gigantesque Lego : C’est ainsi que le projet PlasticRoad, à l’initiative de la société VolkerWessels, propose de donner une seconde vie aux résidus repêchés dans les océans. Cette idée simple mains non moins révolutionnaire permettra ainsi de dépolluer ainsi les eaux tout en permettant la construction des routes !

Les voies de circulation ne seront pas fabriquées avec de l’asphalte dérivé d’hydrocarbures, qui génère de la pollution atmosphérique et entraîne la consommation de ressources pétrolières.

À l’inverse, les résidus de plastique qui s’accumulent dans la mer représentent un véritable problème et un casse-tête environnemental : que faire de tous ces déchets ? Grâce à ce projet de routes en plastique, plus besoin de les brûler ni de les enterrer : on pourra au contraire recycler ce plastique en masse, et mêmecréer de la valeur avec, ce qui encouragera assurément la dépollution des Océans !


Rouler sur des routes en plastique, l’idée peut nous sembler bizarre, d’autant que les portions de route semblent s’imbriquer comme un circuit de petites voitures ou les rails du train électrique d’un enfant. Pourtant, le projet est extrêmement sérieux ! Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ces routes seront en fait beaucoup plus résistantes et offriront aux véhicules une meilleure adhérence que l’asphalte.

Oui, car les avantages de ces routes préfabriquées, en blocs emboîtables façon « Minecraft » ne se résument pas simplement au formidable impact écologique résultant de l’idée géniale de se servir des tonnes de plastiques polluant les océans comme matériau principal de construction. Non, outre le fait de recycler les déchets, ces routes promettent plein d’avantages au quotidien par rapport aux routes « classiques », ce qui en fait une innovation proprement révolutionnaire !


« La matière plastique offre de très nombreux avantages en comparaison des matériaux utilisés jusqu’à présent pour la construction, signale avec enthousiasme Rolf Mars, l’un des porte-parole de VolkerWessels, au quotidien britannique The Guardian. Ces avantages se trouvent aussi bien dans la facilité de construction de nouvelles routes, que dans leur usage au quotidien, et que dans leur maintenance ! »

En effet, la chaussée pourrait être installée dans des délais bien plus rapides que le bitume traditionnel, et pour cause : les portions de route viendraient déjà préfabriquées. Il n’y aurait qu’à emboiter les pièces les unes dans les autres, à la manière d’un jeu de construction grandeur nature, et bien sûr, pas besoin d’attendre que le goudron soit sec ! Les créateurs de la PlasticRoad ont calculé qu’une construction qui nécessiterait d’ordinaire plusieurs mois de travaux verrait la durée du chantier réduite à seulementquelques semaines avec ce système.

Pour ce qui est de l’usage au quotidien, la chaussée, même si elle est réalisée « en creux », sera globalementplus résistante et plus solide. Elle pourra également supporter des écarts de températures plus extrêmes, allant de -40°C à +80°C, et bien sûr, sans se craqueler ni fondre sous l’effet du froid ou de la chaleur. Comme il s’agit d’un matériau poreux, il n’y aura pas de problème d’adhérence, ce qui permet aux véhicules d’être plus efficaces et de consommer moins d’essence.

De plus, le plastique étant globalement un matériau plus léger que l’asphalte, cela diminuera de façon considérable la pression exercée sur les sols. L’espace creux existant à l’intérieur des blocs permettra de relier des câbles, de la tuyauterie, afin d’optimiser l’espace.

Enfin, l’entretien de ces routes sera beaucoup plus facile. Imaginez : si une portion est abîmée ou défectueuse, il suffit de la déboîter et de la remplacer pour que la route soit aussitôt de nouveau fonctionnelle ! Là où il fallait auparavant bloquer la route et mettre en place une circulation alternée pour réaliser les travaux, le temps de couler les couches successives d’asphalte, de les mettre à niveau et de laisser sécher, il suffira d’emboîter le tout et l’affaire est réglée !

Voici une vidéo qui permet de se représenter plus concrètement le projet (en Anglais)

Selon Rolf Mars, le projet est désormais en recherche d’investisseurs et de localités susceptibles d’être intéressées par ce type de structure : « Tout est déjà sur papier, assure-t-il. Notre prochaine étape consiste à construire davantage de prototypes et à effectuer de nombreux tests dans toutes sortes de conditions, afin d’offrir des conditions de sécurité irréprochables aux utilisateurs. »

La ville de Rotterdam a été la première à faire part de son grand intérêt pour ce projet de routes révolutionnaires en plastique 100% recyclé. Pour la mairie de cette ville Néerlandaise, ces routes représentent les chemins du futur pour que l’Humanité utilise les nouvelles technologies afin de préserver l’environnement.

Imaginez cette idée, appliquée à de nombreuses grandes villes, et combinée au projet génial du jeune Néerlandais Boyan Slat qui propose de récupérer le plastique des océans grâce à de gigantesques filets flottants… Les océans pourraient être nettoyés en l’espace de quelques années, tout en facilitant les transports !

Source :

Publié par : La société solidaire et durable | septembre 26, 2016

La Chine dévoile « Fast » le plus grand radiotélescope du monde !


Chers lecteurs,

La Chine augmente ses investissements dans l’astronomie, tout en accélérant parallèlement son programme d’exploration spatiale à coups de milliards d’euros. Le plus grand radiotélescope du monde est ainsi entré en service ce dimanche dans le sud-ouest du pays, dans le cadre d’un projet faramineux visant, selon Pékin, à détecter une vie intelligente extraterrestre.

Après cinq ans de construction, le plus grand télescope du monde est enfin prêt à fonctionner en Chine. Surnommé Fast, ce radiotélescope géant de 500 mètres de diamètre reçoit déjà ses premiers signaux, selon le site étatique China.org.

La cabine d’alimentation de 30 tonnes, qui reçoit les signaux captés par le gigantesque télescope, a été installée et les ingénieurs travaillent à déboguer les informations captées. L’inauguration officielle de ce radiotélescope est prévue pour le 30 septembre.

Un mois après le lancement du premier satellite quantique au monde, la Chine continue de paver sa course vers l’espace de records. Pour Fast, c’est celui de la taille. À titre de comparaison, le plus gros télescope à antenne unique actuel, (Arecibo, Porto Rico, une île qui dépend des Etats-Unis), est trois fois moins puissant. De plus, Fast pourra s’orienter, alors que le télescope américain est fixe.

plus grand telescope

Ondes gravitationnelles et extraterrestres

Avec sa grande coupole miroir composée de 4450 panneaux, à quoi va servir Fast? Il faut savoir qu’un tel radiotélescope peut observer des choses incroyables. Celui d’Arecibo, qui fut le plus précis depuis sa création en 1963, a permis de nombreuses découvertes (parmi lesquelles des prix Nobel). Par exemple, la première étoile à neutrons, le premier pulsar binaire ou encore la première image directe d’un astéroïde.

Selon les responsables du projet cité par Space, Fast devrait permettre de mieux comprendre les premiers jours de l’univers, en observant des phénomènes très lointains (et dont les images qui nous parviennent ont donc des milliards d’années). Il serait même possible qu’il détecte des ondes gravitationnelles ou encore un message provenant d’une civilisation extraterrestre.

« Fast a un potentiel 5 à 10 fois plus important que l’équipement actuel pour découvrir une civilisation extraterrestre, car il peut voir des planètes plus éloignées et moins lumineuses », affirme au site Peng Bo, directeur de l’Observatoire astronomique national. Depuis plus de 50 ans, les scientifiques scrutent le ciel à la recherche d’unsignal radio artificiel, qui pourrait indiquer la présence d’extraterrestres intelligents dans l’univers. Mais pour l’instant, cette quête (récente, à l’échelle cosmique) n’a pas porté ses fruits.

Silence dans la zone

Espérons que si signal il y a, ce ne sera pas celui d’un four à micro-ondes de la cuisine des scientifiques, comme ce fut le cas pour un signal mystérieux qui a intrigué des scientifiques en Australie pendant 17 ans.

Justement, pour éviter les interférences, le gouvernement chinois n’y est pas allé de main morte. Un silence radio dans un rayon de 10 km est exigé. Tout contrevenantencourt une amende de 13.000 euros, précise le journal People Daily. De même, la chasse et le ramassage de bois seront interdits dans cette zone.

Et pour s’assurer ce silence, le gouvernement a tout simplement évacué plus de 8000 personnes habitant dans les environs. Selon le quotidien, organe de presse du parti communiste chinois, 600 appartements en bordure de la zone ont déjà été construits et les familles seront indemnisées. Selon Ars Technica, un peu plus de 2000 familles sont concernées et l’enveloppe serait d’environ 1600 euros (soit près de 8 fois le salaire minimum).

Source : http://www.huffingtonpost.fr

Publié par : La société solidaire et durable | septembre 25, 2016

1 million d’enfants méditent pour la paix mondiale en Thaïlande !


Chers lecteurs,

meditation

Dans l’un des rassemblements les plus remarquables de l’histoire contemporaine, plus de 5000 écoles se sont réunies, regroupant environ 1 million d’enfants, qui ont tous médité pour la paix mondiale au temple Shammakaya Phra en Thaïlande.

La méditation est un pouvoir qui reste largement inexploré. Bien sûr, la science commence à comprendre certains de ses nombreux avantages, mais nous avons encore à découvrir son plein potentiel. Certains pensent que c’est une forme de communication directe avec la source ou l’origine de la création que certains appellent « Dieu ».

Ce que nous savons assurément, c’est que notre corps génère une énergie électromagnétique provenant à la fois du cerveau et du cœur, et elle agit de façon encore plus efficace lorsque nous sommes dans un état profond de méditation et de paix intérieure.

Nous sommes tellement pris dans ce monde physique matérialiste que l’on oublie que c’est un produit du monde invisible que nous ne voyons pas. Au niveau le plus élémentaire, comme tout physicien quantique vous le dira, tout n’est vraiment que de l’énergie. Ce que cela signifie, c’est que nous avons le pouvoir d’influencer le monde dans lequel nous vivons puisque tout est composé d’énergie électromagnétique et que nous émettons littéralement ce type de puissance créatrice invisible. C’est vraiment assez hallucinant, quand on y pense vraiment.

Fait intéressant : l’Afghanistan était anciennement un pays Bouddhiste.

La paix intérieure donne naissance à la paix extérieure

Les forces sombres de notre monde favorisent constamment la peur, le stress, l’anxiété, le matérialisme, la compétition et la concurrence et tout ce qui peut nous priver de notre pouvoir de créer un meilleur environnement, tout ceci afin de nous maintenir en état de faiblesse.

meditation2

C’est la raison pour laquelle la méditation est si puissante. Elle nous enseigne à développer non seulement le sentiment harmonieux de paix intérieure, mais aussi notre puissance intérieure. Nous avons été endoctrinés à croire que nous sommes faibles et ne pouvons pas changer le monde, mais ce n’est pas vrai, nous pouvons changer le monde à partir du moment où nous cultivons notre intériorité et que nous y apportons des changements nous-mêmes.

Le pouvoir d’un seul

Chaque être humain a le potentiel d’un Gandhi, d’un Martin Luther King Jr, et ainsi de suite, mais nous sommes conditionnés à croire aux limitations au point que nous imposons ces mêmes limitations sur nos propres esprits. La clé est de commencer à travailler sur nous-même, sur notre intériorité. Cela ne signifie pas que nous devrions juste méditer et nous empêcher d’entreprendre d’autres actions, mais cela signifie que c’est par là qu’il faut commencer. Sans la paix à l’intérieur, nous ne pouvons jamais apporter la paix dans le monde extérieur.

La science du coeur

Gregg Braden décrit une expérience de 1993 sur les effets locaux et non locaux des fréquences cardiaques sur les changements de forme de l’ADN. De l’ADN humain a été isolé pour observer les changements en présence d’émotions ressenties au niveau du coeur. L’hélice se détend en présence d’émotions telles que la gratitude, l’appréciation, l’amour, la compassion, et se contracte en présence d’émotions telles que la colère, la jalousie, la frustration. Des personnes entraînées à ressentir des émotions d’amour étaient capables de changer la forme de leur ADN. Il conclut en rappelant que l’émotion change l’ADN dans notre corps et que l’ADN change la matière qui compose le monde, les photons, et que donc, l’émotion change la matière. (Glen Rein, PhD et Rollin Mc Craty, PhD.)

Source: www.choiceandtruth.com

Publié par : La société solidaire et durable | septembre 22, 2016

Les signes que nous vivons déjà la dystopie décrite dans Wall-E !


Chers lecteurs,

Les signes que nous vivons déjà la dystopie décrite dans Wall-E

Il y a quelques jours, l’excellent magazine anglais du NewStatesman sortait un article intitulé « A list of ways our society is already like Pixar’s dystopia in WALL·E ». Cruellement pertinent, l’article reprenait une par une les caractéristiques de l’univers peu séduisant des humains tel qu’il est décrit dans l’œuvre de Pixar. Entre publicité omniprésente, obésité morbide et pollution, les points communs avec nos sociétés sont nombreux. Petit tour d’horizon.

Pollution et surconsommation de masse standardisée

Pour rappel, l’intrigue du film Wall-E prend place dans un univers où la planète Terre a été désertée suite à l’amoncellement de détritus sur l’ensemble du globe, ne laissant plus d’autre choix aux humains que de s’expatrier sur un vaisseau dans l’espace pendant que des robots s’occupent de nettoyer le globe. Dans le film de fiction, donc, l’écosystème terrien a été ravagé par une surconsommation qui a donné lieu à une pollution extrême de l’environnement, transformé purement et simplement en gigantesque déchetterie.

Sans attendre un futur lointain, on peut déjà observer que l’activité humaine donne lieu à la création d’immenses décharges à ciel ouvert, notamment destinées à accueillir les 2 milliards de tonnes de déchets générés par l’humanité, et ce chaque année. Au cœur de l’Océan Pacifique, tout le monde connait désormais ces immenses décharges immergées où se concentrent des millions de tonnes de plastiques décomposés en particules. Mais sur le sol, la situation n’est pas plus enviable avec des décharges qui atteignent par endroit une taille de près de 200 terrains de football et où les déchets s’accumulent en couches de plusieurs mètres de haut.

Autre point de comparaison avec l’animé, l’existence de conglomérats mondiaux qui accumulent toujours plus de pouvoir et dictent la consommation de milliards d’individus. Le « Buy N Large » de Wall-E pourrait ainsi tout simplement être le futur d’un Wall Mart global, aux très bas salaires, qui ne subit pas la crise, ou encore d’un Procter et Gamble ou d’un Nestlé qui se diversifieraient. La récente acquisition de Monsanto par Bayer donne quelques pistes sur où nous nous dirigeons peu à peu dans l’indifférence des représentants politiques.

07_walle

Humains en surpoids et aliments en poudre

Au cœur de cette société de consommation moribonde, on trouve des êtres humains en surpoids, avachis dans des chaises qu’ils ne quittent plus jamais, ne trouvant aucun intérêt à le faire. Leur alimentation se résume à des repas servis sous forme liquide qu’ils boivent à la paille à partir d’un verre en plastique afin de ne pas risquer l’étranglement. La scène symbolise cette notion de partage disparue, élémentaire pourtant aux repas dans les sociétés humaines.

Or, dans notre modernité obnubilée par le gain de temps et l’efficacité individuelle, des solutions nutritives d’un nouveau genre font surface. C’est le cas par exemple de l’aliment en poudre Huel, un concentré de tous les apports journaliers en nutriments et vitamines que nous sommes censés consommer. Parallèlement, les taux d’obésité dans le monde sont également en augmentation constante depuis des années. La situation aux USA, souvent précurseur de ce qui se passe ailleurs sous l’influence de la mondialisation, est criante de vérité. Si en 2016 13% de la population adulte souffre d’obésité (et on ne compte pas ici les personnes en surpoids), ce chiffre pourrait atteindre les 20% d’ici à 2025. Selon l’Université de Washington, c’est un tiers de la population mondiale qui est en surpoids ou obèse.

01_walle

Ce problème d’obésité est nécessairement corrélé à nos modes d’alimentation modernes et qui sévissent majoritairement dans les pays développés ou en développement rapide. Mais il est aussi le fait d’une sédentarité accrue par nos modes de déplacement privilégiant l’utilisation de machines. Les véhicules individuels présentés dans Wall-E trouvent d’ores et déjà leur pendant dans notre monde. Aux États-Unis et au Canada, il n’est pas rare de voir des personnes valides se déplacer en véhicule individuel électrique (un « triporteur » en québécois) sur les trottoirs, plutôt que de marcher. Les chaises motorisées, elles aussi, ont déjà fait leur entrée sur les marchés, le tout dans un contexte de crise énergétique, écologique et climatique.

Une communication qui nous déconnecte de la réalité à la publicité omniprésente

Une fois arrivé sur le vaisseau qui sert de résidence à cette humanité bedonnante et patibulaire, Wall-E découvre aussi à quel point les êtres humains sont déconnectés de leur environnement et du monde réel. Absorbés par des écrans-hologrammes collés à 20 cm de leurs yeux, les humains sont à l’origine d’un brouhaha constant fait de conversations à distance et de divertissements télévisuels. La communication ne se fait plus que par écrans interposés, à tel point qu’il est nécessaire au robot de « débrancher » la personne s’il veut s’adresser à elle.

04_walle

Ainsi, en 2010 en France, la part de la population âgée de 15 à 24 ans passait en moyenne 3h50 pour les hommes et 3h10 pour les femmes devant un écran, voire parfois devant deux écrans en simultané (ordinateur et télévision). Avec le développement des smartphones et des populations de plus en plus « greffées » à leur téléphone, en plus de la recrudescence des emplois nécessitant l’informatique, ces chiffres paraissent bien dérisoires. En Chine, on a même vu des villes mettre en place des « trottoirs » réservés aux piétons qui ne décollent pas leur nez de leur écran. Au Japon, les plus jeunes passent en moyenne 7h par jour sur leur smartphone, et le chiffre semble aller en augmentant. Ce n’est évidemment pas la technologie qui est à blâmer, mais le phénomène collectif de déconnexion à la réalité bien réel.

La publicité, elle aussi, est omniprésente dans le film, à l’image d’un Time Square globalisé. Chaque carré de vision ou pixel libre se voit ainsi phagocyté par l’intérêt privé. Pire encore, elle n’est plus seulement diffusée sur des affiches ou d’immenses panneaux lumineux, mais également de façon sonore, et dicte ainsi dans la sphère publique les nouvelles modes que de dociles humains adoptent aussitôt sans se questionner (« Le rouge est le nouveau bleu ! Portez du bleu ! » — et tous en cœur changent leurs combinaisons). Si on a tendance à ne plus y faire attention, la publicité reste une constante dans nos modes de vie. Certains groupes militants s’y attaquent d’ailleurs, à leur risque et péril, plusieurs d’entre eux ayant été condamnés en France.

05_walle

Le contenu commercial est présent dans les médias, dans la rue, dans les transports en commun, et même peut-être bientôt sur nos photos personnelles. Chaque jour, un être humain est en moyenne confronté à un nombre de publicités compris entre 500 et 2000. L’utilisation par les marques de dispositifs comme les filtres Snapchat, ou encore le sponsoring officieux de certains Instagrammers, YouTubers et autres « influenceurs » du web témoigne déjà de la tendance publicitaire à venir, plus pernicieuse et manipulatrice. Certains résistent à travers des plateformes comme Tipeee, mais ils sont une minorité peu soutenue. Il est probable que, dans un futur proche, les individus, au travers de leur identité numérique, deviennent eux-mêmes les « ambassadeurs » de produits et de marques en échange d’une quelconque rétribution. C’est déjà le cas sur Facebook quand les utilisateurs participent à des jeux (parfois faux d’ailleurs) les contraignants à soutenir une marque et en faire ouvertement la publicité à leurs amis.

On travaille plus longtemps, et on fait moins l’amour

L’espérance de vie allant en augmentant (sur le papier), le nombre d’années travaillées (obligatoire ou non) au cours d’une existence augmentent aussi. En France, les réformes successives du régime de retraite font miroiter un âge de départ de plus en plus lointain. Dans l’univers imaginé par Pixar, les êtres humains du futur, eux aussi, travaillent la vaste majorité de leur vie, avec des carrières dépassant parfois le siècle en nombre d’années. Le rapport même entre l’activité et son utilité pour la collectivité à disparu. Tel des animaux de cirque, ils réalisent une tâche mécaniquement sans questionner la portée de leur acte. Le film fait ici ouvertement référence au concept d’aliénation de Karl Marx.

06_walle

Enfin, comme le pointait la journaliste du NewStatesman, si le sexe n’est pas une thématique centrale du dessin animé, l’absence presque totale de contacts entre les humains montre qu’il a été balayé des pratiques en cours dans la société. Or, aujourd’hui, alors que, paradoxalement, le « porno » a profité d’une démocratisation et d’une diffusion exponentielle sur internet, certaines études pointent du doigt les effets dévastateurs qu’il peut avoir sur la sexualité, au travers notamment d’une perte de libido lorsqu’il s’agit de faire l’amour. La génération des jeunes adultes d’aujourd’hui, quant à elle, semble paradoxalement se détourner des relations sexuelles réelles. À nouveau, l’archipel nippon se démarque en étant le pays où on fait le moins l’amour au monde.

Ces éléments poussent le journal NewStatesman à se questionner. La « prophétie » écrite en 2008 par le studio d’animation est-elle en voie de se réaliser, plus d’un demi-millénaire à l’avance ? Ces craintes sont-elles véritablement fondées ? Que peut-on faire concrètement pour sauter du train avant le crash annoncé ? Cette génération a-t-elle encore seulement le pouvoir de se libérer de cette méga-machine à produire et consommer qu’est devenue la mondialisation ?

08_walle


Source et inspiration : TheNewStatesman.com

Publié par : La société solidaire et durable | septembre 21, 2016

11 Alternatives naturelles aux antibiotiques que nos ancêtres utilisaient !


Chers lecteurs,

Ces dernières décennies, l’utilisation des antibiotiques a atteint un record historique. Résultat, les bactéries se renforcent plus rapidement et résistent de plus en plus aux nouveaux médicaments créés par les scientifiques. Il n’est pas exclu qu’un jour les bactéries se trouvent au sommet de la chaîne alimentaire… Mais bien avant l’invention des antibiotiques modernes, dans les années 40, nos ancêtres utilisaient des aliments et des plantes médicinales pour traiter les infections et les maladies.Alors pourquoi ne pas continuer à les utiliser aujourd’hui ?

Voici les 11 antibiotiques naturels que vous pourriez utiliser à la place des médicaments :

1. L’origan et l’huile essentielle d’origan

Vous avez sûrement utilisé de l’origan pour agrémenter vos sauces et vos petits plats.
Mais saviez-vous que l’origan est aussi hautement bénéfique à votre santé ?
D’une part, l’origan est un puissant antibactérien.
Par ailleurs, il facilite la digestion et la perte de poids.
L’huile essentielle d’origan contient du carvacrol.

Ce composé chimique inhibe la croissance des bactéries génératrices des infections.

Par conséquent, l’huile d’origan est un traitement efficace contre les infections digestives — et même la candidose.
Comme vous pouvez le voir, l’origan est bien plus qu’une simple herbe aromatique.

2. Le vinaigre de cidre

Le vinaigre de cidre est véritablement un produit miracle.
Parmi ses nombreux bienfaits pour votre santé, le vinaigre de cidre possède de puissantes propriétés antibiotiques et antiseptiques.
Vous pouvez l’utiliser pour alcaliniser votre organisme, pour contrôler votre poids, baisser votre taux de cholestérol et même diminuer le risque de cancer.
Le vinaigre de cidre est un astringent SANS produit chimique.
Utilisez-le en application sur la peau pour désinfecter et stériliser sans aucun danger.
À découvrir : 11 Utilisations Incroyables du Vinaigre de Cidre.

3. Le miel

Saviez-vous que les Romains utilisaient le miel sur les champs de bataille, pour soigner les blessures et éviter les risques d’infections ?
De nos jours, beaucoup de gens à travers le monde utilisent encore le miel pour ses surprenantes propriétés médicinales.
En effet, le miel est antibiotique, antimicrobien, anti-inflammatoire et antiseptique.
Ces nombreuses utilisations font du miel un des meilleurs produits naturels connus de l’homme — et ce depuis des millénaires !
De tous les miels, c’est un miel de la Nouvelle-Zélande, le manuka, qui possède le plus d’anti-oxydants et de pouvoirs curatifs.
Par ailleurs, le miel contient une enzyme qui génère la production d’eau oxygénée dans votre organisme.
Ce procédé est hautement bénéfique car il aide le corps à combattre les infections et empêche la prolifération des bactéries.
Le miel apaise aussi l’appareil digestif en éliminant les toxines de votre sang et en facilitant le fonctionnement du foie.
Pour améliorer la santé de votre système immunitaire, essayez de mélanger du miel avec de la cannelle : ses effets sur les globules blancs sont bien connus.
Mais attention : pour profiter des bienfaits de miel, n’utilisez que du miel pur et 100 % bio.
En effet, la méthode de pasteurisation du miel pratiquée dans certains pays élimine ses bienfaits anti-oxydants.
À découvrir : 12 Remèdes de Grand-Mère à Base de Miel.

4. Le curcuma

Cette épice est non seulement riche en goût et en couleur mais elle protège aussi votre corps contre les infections bactériennes.
En effet, le curcuma peut être utilisé en application cutanée : par conséquent, c’est un excellent choix pour combattre les bactéries.
Pour augmenter l’effet du curcuma, essayez de le combiner avec un autre produit naturel antibactérien.
Par exemple, mélangez du curcuma et du miel. Cela fait une pâte que vous pouvez appliquer sur les zones affectées de votre peau.
Protéger votre corps contre les infections et les maladies liées aux bactéries SANS prendre de médicaments est possible et pas si compliqué que ça.
Protégez votre santé sans utiliser d’antibio et profitez des bienfaits de produits naturels comme le miel, l’origan, l’ail, l’échinacée et le curcuma.
À découvrir : Les 3 Vertus Thérapeutiques du Curcuma.

5. L’ail

L’ail est une de nos plantes préférées pour agrémenter les plats.
Mais saviez-vous que l’ail possède de nombreux bienfaits pour votre santé ?
L’ail peut vous aider à soigner des maladies communes telles que le rhume en empêchant le développement des bactéries.
L’ingrédient actif de l’ail est l’allicine.
Ce composant organique est efficace pour protéger votre organisme des candidoses, des parasites et des bactéries, entre autres.
Si vous cherchez un moyen simple et préventif d’être en pleine santé, ajoutez plus d’ail à votre alimentation.
À découvrir : 13 Utilisations Étonnantes de l’Ail Que Vous Ne Connaissiez Pas.

6. L’huile de pépin de pamplemousse

Selon plusieurs études, l’huile de pépin de pamplemousse est un traitement efficace contre plus de 800 formes de virus et de bactéries.
Il peut aussi servir à lutter contre plus d’une centaine de souches de mycoses et plusieurs parasites.
C’est parce que l’huile de pépin de pamplemousse a une teneur élevée en anti-oxydants.
Par conséquent, elle alcalinise l’organisme et stimule le système immunitaire.
Parce que l’huile de pépin de pamplemousse est bénéfique à votre flore intestinale, elle est aussi connue pour faciliter la digestion.

7. L’échinacée

Si vous ne connaissez pas l’utilisation de cette plante, il est grand temps de la découvrir.
L’efficacité de cette plante dans le traitement des rhumes est stupéfiante.
Elle réduit le nombre de rhumes que vous attrapez et réduit leur durée quand vous êtes enrhumé.
Par conséquent, c’est un des meilleurs choix de traitement préventif et curatif contre les rhumes.

8. Le chou

Le chou possède des composés sulfurés qui sont reconnus pour leur efficacité contre le cancer.
Mais saviez-vous que le chou a aussi une teneur élevée en vitamine C ?
En effet, il suffit de seulement 100 g de chou pour fournir 75 % de votre apport journalier en vitamine C.
Le chou est un antibactérien naturel qui améliore la digestion, empêche les maladies et contrôle votre poids.
Pour intégrer le chou dans votre alimentation, nous vous conseillons de le manger cru en salade, avec une vinaigrette à base de vinaigre de cidre et de miel.

9. L’huile de coco extra vierge

Malheureusement, l’huile de coco est un produit peu connu en France.
C’est regrettable, car on ne se lasse pas de vanter tous les bienfaits de ce produit miracle.
Parmi tous les produits naturels, les propriétés anti-bactériennes et anti-fongiques de l’huile de coco sont inégalables.
Vous pouvez utiliser l’huile de coco pour stimuler votre système immunitaire, agir sur l’équilibre de la thyroïde, réguler votre taux de cholestérol et même stimuler votre activité cérébrale.
L’huile de coco peut être utilisée en usage interne et externe — sans aucun danger pour votre organisme.
Les utilisations nombreuses et variées de l’huile de coco en font un véritable cadeau de Mère Nature.
Pour plus d’énergie et de lucidité à travers la journée, nous vous conseillons d’en ajouter une cuillère de café d’huile de coco dans votre café du matin.

À découvrir : 50 Utilisations de l’Huile de Coco Que Vous Devez Connaître.

10. Les aliments fermentés

Les aliments fermentés sont bénéfiques à votre santé car ils régénèrent la flore intestinale, diminuent le risque de cancer et luttent contre les infections.
Pour profiter de ces bienfaits, essayez d’ajouter les produits suivants à votre alimentation quotidienne : les légumes en saumure, le kéfir et les yaourts probiotiques.

11. L’argent colloïdal

Avant le développement des antibiotiques modernes, l’argent colloïdal était fréquemment utilisé pour traiter les maladies.
Antibiotique naturel, ce mélange de nanoparticules d’argent suspendues dans du liquide est connu depuis des siècles.
Cela dit, il est extrêmement efficace pour détruire une enzyme nécessaire au développement des bactéries.

Sans cette enzyme, les bactéries et virus sont éliminés — sans risque pour votre corps.

Mais attention : l’usage de l’argent colloïdal doit être temporaire.
L’argent est un métal lourd et peut être toxique à fortes doses.
Consultez votre médecin avant de suivre un traitement d’argent colloïdal.

Où trouver ces produits naturels ?

La plupart de ces produits naturels se trouvent dans les herboristeries ou dans les magasins bio.
Pour en acheter dès maintenant, nous vous recommandons les produits suivants (cliquez sur le produit pour accéder au lien) :

– huile essentielle d’origan
– vinaigre de cidre
– miel de manuka
– curcuma
– gélules d’ail
– huile de pépins de pamplemousse
– gélules d’échinacée
– huile de coco
– argent colloïdal

Attention : les antibiotiques sont indispensables pour soigner certaines maladies et infections. Renseignez-vous auprès de votre médecin avant de choisir ces alternatives.

Source : Comment économiser    vu sur  http://lesmoutonsenrages.fr

Publié par : La société solidaire et durable | septembre 21, 2016

Habitat : Des tipis ultra-design et écologiques pour des maisons de retraite !


Chers lecteurs,

Habitat : Des tipis ultra-design et écologiques pour des maisons de retraite

Au Japon, des tipis ultra-design forment des maisons de retraite. Design et écologiques, ces tipis sont l’œuvre de l’architecte japonais Issei Suma, qui a voulu redonner du sens aux maisons de retraites, bien souvent sans âmes…

Inspirés des tipis indiens, ces complexes nommés Jikka sont des groupements de cinq structures. Au sein de ces structures nous trouvons des assortiments d’équipements divers et variés dont notamment un bassin en forme de spirale ou encore une cuisine spacieuse. Situé sur un site rural dans la région montagneuse de la Préfecture de Shizuoka du Japon, ce complexe offre des activités diverses comme se baigner, cuisiner, se détendre, mais facilite surtout le service de livraison de nourriture et donne accès à des soins infirmiers.

Des toits pointus, des murs en forme d’arc, Issei Suma réinvente la base des maisons de retraite. Deux matériaux sont utilisés pour les structures : le bois et le béton.

En communion parfaite avec la nature dans une région montagneuse de Shizuoka, ces tipis ont été imaginé pour “deux femmes de plus de 60 ans” originaires de l’endroit, renseigne le site Dezeen. Les 100 m2 qui les compose “ont été pensé pour faciliter les services de livraison de nourriture pour les personnes âgées, tout en offrant les installations nécessaires à des soins pour personnes handicapées”, explique toujours Dezeen.

jikka-1-tt-width-620-height-443-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1-qazy-1-nolayzr-1

jikka-2-tt-width-620-height-443-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1-qazy-1-nolayzr-1

jikka-3-tt-width-620-height-443-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1-qazy-1-nolayzr-1

jikka-4-tt-width-620-height-443-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1-qazy-1-nolayzr-1

jikka-5-tt-width-620-height-443-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1-qazy-1-nolayzr-1

jikka-6-tt-width-620-height-443-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1-qazy-1-nolayzr-1

jikka-7-tt-width-620-height-443-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1-qazy-1-nolayzr-1

jikka-8-tt-width-620-height-443-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1-qazy-1-nolayzr-1

jikka-9-tt-width-620-height-443-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1-qazy-1-nolayzr-1

jikka-10-tt-width-620-height-443-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1-qazy-1-nolayzr-1

jikka-11-tt-width-620-height-443-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1-qazy-1-nolayzr-1

jikka-12-tt-width-620-height-443-lazyload-0-crop-1-bgcolor-000000-except_gif-1-qazy-1-nolayzr-1

Crédit Photos : Takumi Ota

Source : http://lareleveetlapeste.fr

Publié par : La société solidaire et durable | septembre 21, 2016

Hubert Reeves appelle les citoyens à s’organiser en réseau pour protéger notre écosystème !


Chers lecteurs,

Hubert Reeves appelle les citoyens à s’organiser en réseau pour protéger notre écosystème

Hubert Reeves, célèbre astrophysicien, appelle les citoyens à s’organiser en réseau pour protéger la nature et l’écosystème, via le concept d’ « Oasis Nature ». L’idée n’a rien de révolutionnaire : il s’agit de reverdir villes et campagnes à l’échelle de tout un chacun. Mais la force de l’initiative repose sur le réseau et sur une charte de qualité : reverdir oui, mais pas n’importe comment !

L’astrophysicien Hubert Reeves est un touche à tout : à la fois docteur honorifique de plus de douze universités, passionné de musique classique, metteur en scène de spectacles, il est aussi et avant tout un fervent défenseur de l’écologie. Le franco-canadien est un militant écologique actif depuis les années 2000.

Les Oasis Nature : un concept… mais qui existe déjà 

Alors qu’il donne une conférence devant des milliers de personnes, Reeves est interpelé par un jeune homme : « Mais, et nous, à notre échelle, que peut-on faire pour changer les choses ? ». Une question récurrente à laquelle il aime répondre que chacun, comme le colibri de la légende amérindienne, peut « faire sa part » et apporter sa pièce à l’édifice. C’est à partir de là qu’il s’est donné pour objectif d’accompagner les gens dans leur recherche du mieux faire : car les bonnes volontés sont nombreuses, mais parfois désemparées.

C’est pour cela qu’il « invente » les Oasis Nature, des lieux où on décide de laisser la Nature reprendre ses droits. Cela peut être un jardin, un balcon, mais le but est bien de laisser prospérer la nature, sans presque aucune intervention humaine : « On peut créer une Oasis Nature sur n’importe quelle surface que vous possédez : que ce soit un balcon, ou un grand domaine – les jardins gigantesques de La Villette sont aujourd’hui des Oasis Nature », explique l’homme engagé.

Une exigence de qualité 

Quelle est la différence avec le jardinage normal, vous demandez vous ? Elle tient en ce qu’une attention particulière est accordée à la biodiversité : il ne s’agit pas seulement de laisser prospérer les plantes, il faut aussi penser aux bien-être des animaux et penser l’espace aménagé pour qu’ils y trouvent leur place. Quelques fleurs suffisent pour faire revenir coccinelles, abeilles et papillons, qui disparaissent trop souvent des « espaces verts » aseptisés des grandes villes. Pour cela, le réseau Oasis nature n’est pas avare en conseil : accrocher des nichoirs, créer une marre, installer des abris à insectes.

Pour adhérer au réseau Oasis Nature, il suffit d’envoyer un formulaire d’inscription, mais aussi et surtout de s’engager à respecter la charte des Oasis Nature : ainsi, si tous ces micro-jardins sont différents, ils se reconnaissent dans une seule et même charte. Ni un document juridique, ni liste d’exigences, c’est un engagement volontaire pour le respect de bonnes pratiques de gestion de son terrain, favorables à l’accueil et à l’épanouissement de la faune et de la flore sauvages. Ainsi, les membres s’engagent à utiliser le moins de produits chimiques possible, privilégier les techniques de jardinage dites « douces », limiter leur consommation d’eau, limiter leur éclairage, sélectionner des plantes locales et de saison, etc.

Un réseau pour donner de la force aux actions 

Présidant « Humanité et Biodiversité » depuis 2001, Hubert Reeves connaît les avantages que présente l’associatif. Et c’est cela la grande force des Oasis Nature : mettre en réseau les gens qui prennent des initiatives personnelles. Reeves ne s’y trompe pas, son « concept » existe depuis longtemps déjà. Par contre, son mouvement permet aux personnes engagées de grouper leurs forces et de se conseiller les uns les autres. L’objectif est de construire un maillage, une mosaïque d’espaces favorables à la biodiversité partout sur le territoire.

L’Echo des Oasis Nature, l’info-lettre du réseau, est envoyé à tous les membres du réseau. Chaque numéro contient les actualités des membres, de nombreux conseils de jardinage écologique et une fiche technique.

Gloablement, Hubert Reeves est pessimiste quant à l’avenir de la Terre si personne ne réagit. Dans son livre publié en 2003, Mal de Terre, il fait le constat d’une planète au bord de l’asphyxie. Mais une lueur d’espoir persiste : cette lueur, ce sont les Oasis Nature. « Et cela peut compter, cela peut faire quelque chose« , assène Hubert Reeves. Une initiative à suivre ?

Source : http://lareleveetlapeste.fr

Publié par : La société solidaire et durable | septembre 21, 2016

La transition énergétique est en marche et rien ne l’arrêtera !


Chers lecteurs,

Essor des énergies renouvelables, déclin de l’industrie du charbon ou engagement des villes et des entreprises: le WWF recense dans un rapport publié jeudi une quinzaine de signaux montrant que la transition énergétique « en cours », si elle est trop lente, est « irréversible ».

Les énergies renouvelables ont représenté 90% des nouvelles capacités de production électrique en 2015, les émissions globales de CO2 provenant du secteur de l’énergie ont stagné pour la deuxième année consécutive malgré une croissance mondiale de 3%, écrit l’organisation écologiste.

Energies vertes

Parmi les énergies vertes, le solaire a vu son prix chuter de 80% entre 2009 et 2015, permettant à cette technologie de se diffuser bien plus largement. D’ailleurs, « les investissements mondiaux dans l’électricité et les carburants renouvelables ont atteint un niveau record l’an dernier » avec 286 milliards de dollars, met en avant l’ONG, avec dans l’ordre la Chine, les Etats-Unis, le Japon, le Royaume-Uni et l’Inde. La couverture des besoins domestiques en électricité par des renouvelables atteint désormais des seuils élevés dans certains pays: 32% en Allemagne et 48% au Portugal en 2015.

Création d’emplois

Conséquence de cet essor des énergies décarbonées, le nombre d’emplois dans le secteur des renouvelables est estimé à 8,1 millions, dont 2,1 millions dans le solaire. Parallèlement, l’industrie du charbon est mise à mal du fait de la baisse des prix. Le géant américain Peabody, 1er producteur mondial, a même déposé le bilan. Au total, les charbonniers américains ayant déposé le bilan en 2016 ont perdu 30 milliards de dollars en valeur boursière depuis 2010. En Australie, un tiers de mines de charbon sont en perte de vitesse, selon le rapport de Wood Mackezie, rapporte le WWF. Une des explications réside en Chine, dont la consommation (près de la moitié de la production mondiale) a baissé en 2014 et 2015.

La WWF se réjouit

Le WWF se réjouit aussi que de plus en plus de grandes villes « relèvent le défi climatique »: 700 maires se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. « Ces signaux sont importants et doivent être intégrés par nos dirigeants et par le plus grand nombre », estime dans un communiqué Lo Sze Ping, directeur général du WWF Chine. « Ils démontrent un réel élan, devant être encore accéléré pour avoir une chance de limiter la hausse des températures bien en dessous le seuil dangereux de 2°C », ajoute le responsable.

Source : http://www.7sur7.be/

Publié par : La société solidaire et durable | septembre 21, 2016

La vaisselle jetable en plastique interdite dès 2020 !


Chers lecteurs,

La fin des gobelets en plastique est proche. C’est une bonne nouvelle pour l’environnement : le plastique composant la vaisselle jetable devra être biosourcé au moins par moitié d’ici à 2020.

Les couverts en plastique devenus incontournables à vos pique-niques seront obligatoirement issus à 50% de matières organiques d’ici peu. La parution d’un décret publié mercredi au Journal officiel entre dans le cadre de la loi de transition énergétique. Cette loi prévoit, en effet, l’interdiction de la mise à disposition des gobelets, verres et assiettes jetables en matière plastique au 1er janvier 2020.

Seule la vaisselle jetable compostable et entièrement constituée de matières biosourcées ou en partie sera donc accessible à la vente. « La teneur biosourcée minimale des gobelets, verres et assiettes jetables de cuisine pour la table en matière plastique (…) est de 50% à partir du 1er janvier 2020 et de 60% à partir du 1er janvier 2025 », précise le décret. La transition se fera donc progressivement.

Ce décret apparaît comme une suite logique à l’interdiction des sacs plastiques fins à usages uniques aux caisses des supermarchés depuis le 1er juillet 2016. Concernant ceux qui servent à emballer les denrées alimentaires, telles que les fruits et les légumes, il faudra attendre le 1er janvier 2017 pour les voir disparaître des rayons.

La publication de ce décret est une avancée dans le cadre de la transition énergétique de la France. Notons tout de même qu’il faudra patienter plus de 3 ans avant de le voir entrer en vigueur… Si le sujet vous intéresse, découvrezle plastique de demain, biodégradable et comestible fait à partir de lait.

Source : http://dailygeekshow.com/

Publié par : La société solidaire et durable | septembre 21, 2016

En plein désert égyptien, une forêt de 200 hectares pousse !


Chers lecteurs,

Faire pousser une forêt dans un désert aride représente déjà un formidable exploit. Mais, y parvenir sans puiser dans les ressources d’eau, là, ça relève carrément du prodige ! Pourtant, les Égyptiens ont réussi. Comment ? En associant ingéniosité, imagination… et volonté. Gros plan sur une performance qui autorise les espoirs les plus fous.

À deux heures du Caire (la capitale égyptienne), se trouve la forêt de Sérapium : 200 hectares de verdure composés d’une grande variété d’arbres. Pourtant, jusqu’aux années 90, à cet endroit précis, il n’y avait rien du tout. Seulement du sable et de la poussière sommeillant sous le soleil du désert…

Source : DW

Pour végétaliser un endroit si hostile, les Égyptiens ont dû faire preuve d’inventivité. D’autant qu’il n’était pas question détourner l’eau potable au profit d’un tel projet.

Les scientifiques locaux se sont donc creusé la tête… et ont trouvé LA solution : ils ont eu l’idée d’utiliser les eaux usées d’un bassin de drainage situé à proximité !

Source : DW

Cette eau a déjà été débarrassé d’une partie de ses impuretés mais reste impropre à la consommation. Son avantage ? Elle contient des phosphates et du nitrogène en quantité, or, ces deux éléments sont de formidables engrais fertilisants !

Source : DW

Résultat : arrosée avec cette eau qui n’était plus bonne pour rien, la forêt de Sérapium se développe quatre fois plus vite que n’importe quelle forêt d’Europe où, pourtant, le climat est nettement plus favorable ! Alors qu’il faut en moyenne 60 ans pour qu’un arbre atteigne sa maturité en Europe, dans cette forêt, 15 ans suffisent…

Source : DW

Grâce à cet éclair de génie, non seulement le sol égyptien reverdit mais, en plus, l’économie locale est revigorée : dans cette forêt poussent en effet des variétés d’arbres (l’acajou et l’eucalyptus par exemple) dont l’intérêt commercial est loin d’être négligeable. Bien gérée, cette forêt pourrait donc devenir une source de revenus aussi pérenne qu’écologique !

Source : DW

Elle débarrasse des eaux usées, végétalise une région ET relance une économie : voilà ce qu’on peut appeler une idée en or. Tout simplement !

Source : youtube

Older Posts »

Catégories