Publié par : La société solidaire et durable | août 10, 2012

Ida, le chaînon manquant entre le singe et l’homme !


Chers lecteurs,

Ce primate fossilisé change notre vision de l’évolution humaine …

Aux États-Unis les chercheurs ont révélé les restes très bien préservés d’une créature semblable à un lémurien morte il y a 47 millions d’années. Ce serait le chaînon manquant dans l’arbre de l’évolution entre le singe et l’Homme.

Son surnom est Ida. Elle mesure une cinquantaine de malgré son âge, elle est complète à 95 % et les empreintes de ses poils et de sa chair sont visibles imprimées dans la roche. Même Lucy, le célèbre fossile de 3 millions d’années, n’était complète qu’à 40 %. Ida a été découverte en 1983 en Allemagne sur le site fossilifère de Messel Pit, mais elle était entrée dans un réseau de collections privées. Il a fallu attendre des années pour qu’elle se retrouve entre les mains de chercheurs qui ont pu reconnaître sa grande valeur.

D’après la forme de certains os et d’autres indices, « Ida » était une femelle jeune, âgée de neuf mois, pesant entre 650 et 900 grammes et haute de 1 mètre –essentiellement en raison de la longueur de sa queue. Son pouce opposable aux autres doigts –sans griffes– confirme qu’il s’agit d’un primate.

Le fossile, dans un état de conservation étonnant, permet de voir en détail non seulement l’ossature de l’animal, mais même les parties molles de son corps, jusqu’au contenu de son estomac.

Herbivore, « Ida » s’alimentait de fruits, de graines et de feuilles. « Elle ressemble assez aux lémuriens actuels », a expliqué à la presse Jens Frenzer, expert allemand en fossile de l’Institut de recherches scientifiques de Senckenberg.

Pour les chercheurs, « c’est comme si nous avions trouvé l’Arche perdue », a dit à la presse Jorn Hurum, paléontologue norvégien de l’Université d’Oslo, membre du groupe qui a mis en évidence l’importance d' »Ida » pour la compréhension de l’évolution des espèces et de l’origine de l’être humain.

« Ce fossile va figurer dans tous les ouvrages didactiques des 100 prochaines années », a prédit ce chercheur.

« Il est difficile d’imaginer un fossile plus complet que celui-ci pour expliquer l’évolution des primates », a estimé pour sa part Holly Smith, anthropologue dentaire à l’université du Michigan (nord).

L’importance de cet animal vient du fait qu’il se situe juste avant la séparation des deux branches, qui conduisirent d’un côté aux singes et aux êtres humains, de l’autre aux lémuriens et autres primates plus éloignés de l’Homo sapiens.

« C’est une espèce de pierre de Rosette, parce que c’est un élément que nous avions été incapables d’analyser auparavant », a commenté Philip Gingerich, spécialiste des primates de l’Université du Michigan.

L’équipe a nommé cette espèce Darwinius masillae, pour marquer le bicentenaire de la naissance de Darwin.

Voici une vidéo de présentation sur Ida :

Runfola Gabriel, Ingénieur en environnement et horticulture

Source : france24.com


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :