Publié par : La société solidaire et durable | novembre 30, 2012

Découverte surprenante: de la glace sur Mercure, la planète la plus proche du soleil !


Chers lecteurs,

article_708617main_PressConf20121126_full_24x3_946-710.jpg

La Nasa l’a annoncé ce jeudi lors d’une conférence…

Dans l’enfer de Mercure, la Nasa a confirmé une découverte surprenante, ce jeudi: la présence d’eau glacée, piégée dans des cratères du pôle nord.

«Attention, on ne dit pas qu’il peut y avoir de la vie. C’est même sans doute improbable», a précisé l’Agence lors d’une conférence tenue à son QG de Washington. Mais la présence d’eau pourrait relancer l’intérêt d’une mission à la surface de la planète la plus proche du Soleil, et aider à mieux comprendre comment la vie s’est formée sur Terre.

Sur Mercure, située trois fois plus près du Soleil que la Terre, la température au sol peut atteindre 400°C. Mais parce que la planète n’a presque pas d’atmosphère, il y fait froid la nuit. Surtout, à cause d’une inclinaison de son axe quasi-nulle (angle de 1°, contre 23° pour la Terre), une large zone du pôle nord n’est jamais touchée par les rayons du Soleil, avec des températures flirtant avec les -170°.

Des comètes impliquées

L’eau glacée n’a pas été détectée directement mais en mesurant la réflectivité de la surface via un spectromètre à neutrons. Selon les résultats, une couche riche en hydrogène de plusieurs dizaines de centimètres est enterrée sous environ 15cm d’un composé noir, sans doute organique. Traduction de de la Nasa: de l’eau glacée «presque pure» se trouve sous une couche «d’un truc collant».

Selon l’Agence, cette découverte confirme les théories actuelles: l’eau et les composés organiques –ce cocktail nécessaire à l’éclosion de la vie– auraient été amenés par des comètes ayant bombardé la surface des planètes du système solaire.

Il y aurait entre 100 et 1.000 milliards de tonnes de glace, soit des centaines de milliers de fois moins qu’au pôle nord sur Terre. Mais, précise la Nasa, c’est largement suffisant pour les besoins d’une colonie terrestre qui vivrait enterrée quelques mètres sous la surface, bien au chaud.

Runfola Gabriel, Ingénieur en environnement et horticulture

Source : 20 minutes


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :