Publié par : La société solidaire et durable-Club de pensée citoyen | mai 14, 2013

4 mai 2013 : les Incroyables comestibles et les Colibris en Anjou, c’est partie !


Chers lecteurs,

Samedi 4 mai, Colibris et les Incroyables Comestibles se sont donné rendez-vous pour un grand événement citoyen. L’objectif commun de ces deux mouvements est de réintroduire la nature sur nos territoires, et de planter ce que nous mangeons ! Pour cela, ils ont pris des pelles, des sécateurs et des plants potager et les ont planté au niveau du panneau de la ville d’Angers mais aussi des Ponts-de- Cé et de Mûrs Érigné !

Si vous êtes intéressé pour rejoindre ces deux mouvements, voici les contacts des deux responsables de ces deux mouvements :

Incroyables Comestibles Angers : Runfola Gabriel – garunfola@gmail.com

Colibris Anjou : Benoît Akkaoui – benoit.akkaoui@gmail.com

Voici les photos de l’événement du 4 mai ! La Révolution des Incroyables Colibris :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais qu’est que le mouvement des Incroyables Comestibles ?

François RouillayLes « incroyables comestibles » nous arrivent de l’Angleterre, plus précisément, tout au nord du Royaume Britannique, à Todmorden. En anglais, on les appelle« incredible edible ». C’est une démarche entreprise librement par des habitants souverains qui ont souhaité se relier entre eux par la pratique de la culture locale des fruits et légumes, et le partage de leur récolte. Elle vise à rendre les territoires auto-suffisants pour leur alimentation par la production locale dans le partage avec des pratiques respectueuses de l’environnement. En France, le mouvement est géré par François Rouillay, premier citoyen à avoir repris le mouvement des Incroyables Comestibles en France (voir photo ci-dessus) !

Au delà de l’action collective de partage des incroyables comestibles, les habitants des collectivités qui s’engagent dans le processus découvrent de nouvelles possibilités inédites jusqu’à ce jour. En effet, par le fait de participer à une dynamique de cocréation collective locale, les habitants se sont reconnectés les uns les autres dans de nouveaux rapports non plus basés sur la compétition qui sépare et divise, mais dans des coopérations plurielles à tous les niveaux où chaque porteur de compétence, quel qu’il soit, trouve à exercer son talent en réponse à des besoins clairement identifiés au sein de la communauté.

Dans un système fonctionnant sur la compétition, vous avez 1 gagnant pour 100, voire 1.000, voire beaucoup plus encore de perdants. Il suffit de regarder l’état de l’économie de nos pays actuellement pour se rendre compte des déséquilibres et du désarroi généré par un tel système qui s’achemine dans une impasse. À l’inverse, avec un système nouveau proposant des coopérations plurielles à tous les niveaux, en privilégiant la proximité immédiate avec son entourage, ses voisins, son quartier, sa commune, tout le monde est gagnant. Il n’y a plus d’exclusion car la dynamique générée est inclusive pour toute la communauté dans sa plus grande diversité, et c’est cette diversité de talents, de compétences et de sensibilités qui fait sa richesseLa confiance de chacun envers tous est restaurée. Étant en confiance, il y un réengagement de chaque habitant devenu co-responsable dans un projet ouvert, convivial et bienveillant. C’est ce que découvrent les habitants qui s’engagent dans le processus « Incredible Edible » de par le monde actuellement.

Et c’est ce qui fait son incroyable succès !

Et le mouvement des Colibris, c’est quoi ? 

Le Mouvement Colibris tire son nom d’une légende amérindienne, racontée par Pierre Rabhi :

pierre rabhiUn jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »

Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

Faire sa part 

Depuis quelques années, une lame de fond traverse la société sans qu’elle en soit elle-même consciente. Des milliers de personnes, aux quatre coins du monde, se mettent à penser, à agir, à créer, à échanger, bref, à vivre différemment. Ils aspirent à se réaliser plutôt qu’à faire carrière, se soucient des autres, de la nature, cherchent à résoudre leurs problèmes personnels pour améliorer la société, sont non-violents, pensent le monde comme un tout et plus comme un puzzle morcelé, aiment les cultures et les échanges, veulent prendre le temps de vivre et ne sont plus prêts à sacrifier leur famille, leur santé, pour gagner leur vie à tout prix, préfèrent regarder les problèmes comme une occasion de comprendre et de créer du neuf, savent que pour transformer la société il faudra sans doute faire tomber des barrières et apprendre à travailler ensemble, chacun à sa juste place, sentent que féminin et masculin doivent s’équilibrer, imaginent que l’argent pourrait redevenir un moyen d’échanger nos richesses plutôt qu’un instrument de pouvoir et de domination, rêvent et agissent, s’insurgent et trouvent des solutions, ne font pas de clivages entre ville et campagne, entre modernité et tradition, mais cherchent à rassembler ce que l’humanité a de meilleur, au profit de tous, se sentent responsables de leur vie et de l’impact qu’ils ont sur le monde, prennent du temps pour aimer, admirer, se relier à eux, aux autres, à la nature et prendre soin de la Vie sous toutes ses formes.

Ces personnes sont comme vous et moi, rien ne les distingue au premier regard. Certains s’appellent entre eux « colibri » en référence à la légende qu’ils se répètent de bouche à oreille.

Dans certains endroits, ces colibris se regroupent et développent des trésors d’ingéniosité, inventent de nouvelles façons de vivre ensemble, de communiquer les uns avec les autres, de se nourrir, de construireou de transformer des villages et des villes, de produire de l’énergie sans épuiser les ressources, d’échanger et de faire commerce sans exploiter qui que ce soit, sans porter atteinte à l’intégrité, à la liberté ou la dignité d’autres personnes, ils offrent une attention immense aux enfants, tâchent de les éduquer sans violence, en relation avec qui ils sont, leurs émotions, leurs talents, expérimentent d’autres façons de prendre des décisions collectivement, cessent de travailler pour vivre mais s’épanouissent dans des activités qui les font vivre, qui ont du sens pour eux et pour la communauté dans laquelle ils grandissent.

Ces colibris sont partout, disséminés dans une société qu’ils ne sentent plus à même de porter l’humanité au XXIème siècle. Ils sont nombreux, si nombreux qu’ils pourraient sans doute peser sur la transformation du monde, s’ils prenaient conscience de leur nombre et de leur pouvoir.

Regardez bien autour de vous. Peut-être en connaissez-vous qui se reconnaîtraient en partie dans cette description.

Peut-être même êtes-vous l’un d’entre-eux…

Voici la vidéo de présentation de l’évènement !

Source : http://www.incredible-edible.info/ et http://www.colibris-lemouvement.org/


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :