Publié par : La société solidaire et durable-Club de pensée citoyen | novembre 2, 2013

Yellowstone : une chambre magmatique plus grande que prévu !


Chers lecteurs,

La chambre magmatique située sous le parc de Yellowstone serait 50 % plus grande que ce que les précédentes estimations ont avancé. C’est en substance ce que vient d’annoncer un géophysicien lors d’un congrès, en s’appuyant sur l’analyse de milliers de données sismiques. Malgré cela, un puissant séisme est plus à craindre qu’une superéruption.

Les plus hauts sommets rocheux de la planète sont régulièrement couverts de cailloux aux arêtes anguleuses. Le gel est souvent désigné comme étant le responsable de leur formation, et donc de l’érosion progressive des montagnes. Leurs substrats durs sont régulièrement parcourus par des fissures dans lesquelles l’eau peut pénétrer. Or, ce liquide se dilate en présence de températures négatives, ce qui signifie que son volume augmente. Lorsque cela survient dans une anfractuosité rocheuse, les forces en jeu sont alors en mesure de briser la roche.

Il semble que quelques raccourcis aient été pris lorsque l’eau, ou parfois la chaleur, sont directement accusés d’être les principaux agents responsables de l’érosion des sommets rocheux. À l’aide d’une carte et d’une boussole, Jasper Knight et Stefan Grab de l’université du Witwatersrand (dite Wits University) en Afrique du Sud, viennent de montrer que la foudre joue un rôle non négligeable dans cette problématique. Les géologues s’en doutaient déjà, mais les deux chercheurs ont confirmé ce fait en présentant des chiffres dans la revue Geomorphology.

Qui peut dire si ces pierres situées au sommet d'une montagne ont été brisées par le gel ou par la foudre ? La réponse se trouve dans leurs minéraux magnétosensibles.

Qui peut dire si ces pierres situées au sommet d’une montagne ont été brisées par le gel ou par la foudre ? La réponse se trouve dans leurs minéraux magnétosensibles. © edmaphar, Flickr, cc by nc sa 2.0

Une machine à produire des cailloux anguleux

Lorsque la foudre s’abat, la chaleur peut atteindre 8.000 à 30.000 °C au point d’impact, c’est dire si l’apport en énergie est important. Elle est en grande partie absorbée si l’éclair touche un sol meuble ou un arbre… mais pas lorsqu’il tombe sur de la roche ! Dans ce cas de figure, il peut s’en suivre une puissante explosion qui brise alors le substrat en unemyriade de cailloux aux arêtes anguleuses. Pour déterminer le volume touché, les scientifiques ont recherché des points d’impact sur de hauts sommets de la chaîne de montagnes du Drakensberg, en Afrique du Sud.

Il est particulièrement difficile de dire si une roche a été brisée par le gel ou par la foudre. Difficile, mais pas impossible. Lorsqu’un tel substrat se forme, il peut intégrer des minéraux orientés vers le Nord magnétique. C’est précisément ce qui est survenu voici 180 millions d’années, lorsque les montagnes du Drakensberg se sont formées. Seulement voilà, le pôle Nord magnétique a depuis changé de position, ce qui signifie que les minéraux magnétosensibles ont perdu leur alignement. Ce détail est crucial pour la suite des explications.

Des minéraux magnétosensibles qui retrouvent le Nord

Voici l’astuce : lorsqu’elle s’abat sur un sol rocheux, la foudre provoque une réorientation des minéraux magnétosensibles en direction du Nord magnétique dans le voisinage du point d’impact. Or, ce changement perturbe par la suite le comportement des boussolesqui passent à proximité des sites concernés. C’est donc en randonnant avec cet outil à la main que les deux chercheurs ont pu cartographier des points d’impact, puis mesurer le volume de pierres brisées par les « explosions électriques ». Résultat : entre 3 et 10 mpar impact.

Ces chiffres sont loin d’être négligeables. Ils démontrent que des changements géomorphologiques peuvent survenir bien plus rapidement qu’on ne le pense au sommet de certaines montagnes. N’oublions pas que les chaînes montagneuses sont quasi quotidiennement frappées par des orages en été. À chacune de ces occasions, elles peuvent alors être touchées par plusieurs dizaines d’éclairs par km2. Selon les auteurs, ce facteur aurait dans certains cas davantage de conséquences que le gel sur l’érosion d’un relief déterminé. Ainsi, le climat ne doit plus être le seul facteur pris en compte pour prévoir le devenir d’un édifice géologique.

Source : Futura-Sciences


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :