Publié par : La société solidaire et durable | décembre 6, 2013

Les chimpanzés sont-ils des personnes ?


Chers lecteurs,

Une organisation américaine de défense des animaux a lancé une offensive judiciaire pour obtenir un changement de statut juridique favorable aux chimpanzés, les animaux génétiquement les plus proche de l’homme.

Un chimpanzé au zoo de Los Angeles. (Aaron Logan - Wikimedia - CC)

Un chimpanzé au zoo de Los Angeles. (Aaron Logan – Wikimedia – CC)

Les droits de l’homme doivent-ils s’appliquer aux chimpanzés? C’est la question à laquelle va devoir répondre la justice américaine, saisie à plusieurs reprises cette semaine par Nonhuman Rights Project. L’association de défense des animaux veut faire établir que les chimpanzés sont « légalement des personnes ». Une telle reconnaissance serait une première dans le monde pour ces primates, qui ont 99% de leur ADN en commun avec l’homme.

Lundi, Nonhuman Rights Project – littéralement « projet pour les droits des non-humains – a d’abord saisi la justice à Johnstown, dans l’Etat de New York, pour la défense de Tommy, un chimpanzé enfermé dans une cage sur un terrain pour caravanes, sur la commune de Gloversville.

Mardi, dans le même Etat, elle a déclenché une deuxième procédure pour Kiko, un chimpanzé sourd, propriété d’un particulier à Niagara Falls. Ce jeudi, enfin, une troisième action doit être engagée pour deux autres primates, Hercules et Leo, utilisés par un centre de recherches universitaire à Long Island.

Un sanctuaire pour primates

L’association se revendique comme la seule à défendre « les espèces autres que la nôtre », et réclame à ce titre à la justice américaine de reconnaître aux chimpanzés leur « liberté de mouvement », et d’ordonner leur placement dans un sanctuaire pour primates en Amérique du Nord, afin qu’ils puissent vivre « parmi les leurs dans un univers aussi proche que possible de l’état sauvage ».

Nonhuman Rights Project -qui s’interroge depuis longtemps pour savoir si le chimpanzé est « une personne légale ou une chose légale »– souhaite que les chimpanzés bénéficient du mandat d’habeas corpus, qui garantit la liberté fondamentale de ne pas être emprisonné sans jugement. Jusqu’ici, l’habeas corpus reste un droit de l’homme, pour l’homme.

« Notre dossier (…) établit clairement pourquoi ces êtres autonomes, au comportement complexe, ont le droit légal de ne pas être emprisonnés », affirme l’association. La justice américaine est libre d’étudier ou de rejeter cette requête. En cas de refus, Nonhuman Rights Project fera appel.

Source : Alexandre Le Mer avec AFP


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :