Publié par : La société solidaire et durable | décembre 21, 2013

Les capitales régulièrements soumises aux alertes pollution !


Chers lecteurs,

Espagne: enveloppée d’un nuage gris, Barcelone en alerte à la pollution –

Barcelone

Barcelone (AFP) – Le gouvernement régional de Catalogne, dans le nord-est de l’Espagne, a lancé un plan d’urgence pour lutter contre le pic de pollution qui frappe Barcelone et enveloppe la ville d’une épaisse brume grise chaque matin depuis près d’une semaine.

Ce nuage, qui laisse à peine entrevoir la silhouette des édifices emblématiques de la ville, de la Sagrada Familia aux gratte-ciel modernes, est causé par l’importante présence de dioxyde d’azote et de particules polluantes dans l’atmosphère qu’un anticyclone installé depuis la semaine dernière sur la région empêche de se disperser.

« La haute pression atmosphérique et l’absence de vent empêchent que les émissions polluantes se dispersent et elles s’accumulent donc au-dessus de la ville », a expliqué une porte-parole du département chargé du territoire du gouvernement régional.

Les autorités ont donc décidé d’abaisser dès lundi la vitesse maximum autorisée dans les rues de Barcelone, a enjoint à ses habitants d’utiliser les transports publics et a demandé aux usines de réduire leur activité.

Cette situation se répète assez souvent à Barcelone, l’une des villes enregistrant la plus forte densité de véhicules en Europe et dont la situation géographique complique la dispersion des émissions polluantes.

« La géographie de Barcelone est déterminante car la mer d’un côté et les montagnes de l’autre ne laissent pas s’échapper la pollution. Tout s’accumule », a précisé la porte-parole.

Depuis mercredi, le niveau limite de pollution situé par l’Union européenne à 200 microgrammes de dioxyde d’azote par mètre cube a été dépassé sept fois, selon les mesures des autorités régionales.

Cependant, « ceci ne doit pas alarmer la population car il s’agit de pics ponctuels qui ne menacent pas la santé », a indiqué la porte-parole.

L’alerte à la pollution sera maintenue au moins jusqu’à jeudi.

Alerte à la pollution aux particules à Paris, Bordeaux, Lyon et Poitiers –

particules fines

Paris (AFP) – Le seuil d’alerte à la pollution aux particules, le plus élevé, a été déclenché mardi en région parisienne, dans l’agglomération bordelaise et le bassin lyonnais, ainsi qu’à Poitiers et Castres, ont annoncé les organismes chargés de la qualité de l’air dans les différentes régions.

En Ile-de-France, la préfecture de police a instauré une baisse de 20 km/h sur toutes les routes où les vitesses maximales sont supérieures ou égales à 80 km/h et a notamment appelé à « limiter l’usage des véhicules diesel non équipés de filtres à particules », ainsi que « les transports routiers de transit ».

Les feux de cheminée en foyer ouvert sont interdits et il est demandé à la population de « privilégier les activités calmes ».

Le niveau d’alerte est déclenché pour les PM 10 (particules au diamètre inférieur à 10 microns) à partir d’une concentration de 80 microgrammes de particules par mètre cube d’air.

Le seuil d’alerte, déjà atteint en Ile-de-France lundi, sera maintenu mercredi, a indiqué Airparif, l’agence régionale.

A Bordeaux, il a été déclenché mardi pour la troisième fois en moins d’une semaine. Cet épisode de pollution, entamé mercredi lorsque le seuil d’information et de recommandation a été franchi, dure depuis une semaine, soit la plus longue période jamais enregistrée à Bordeaux.

Le seuil d’alerte a également été déclenché à Poitiers, ATMO Poitou-Charentes estimant que cette situation défavorable devrait se maintenir pour la journée de mercredi et pourrait être prolongée dans la semaine compte tenu des conditions météorologiques.

Le seul d’information, déclenché quand la concentration est supérieure à 50 microgrammes, était dépassé mardi localement dans la grande majorité des régions de France.

Les épisodes de pollution aux PM10 sont fréquents en hiver, avec l’augmentation des émissions liées au chauffage, principalement à bois, et de conditions météorologiques souvent défavorables à la dispersion des polluants.

En 2012, en Ile-de-France, les seuils d’information et d’alerte ont été dépassés durant 19 jours en hiver (janvier-février-novembre-décembre), 17 jours en mars-avril, et un jour en mai.

Générées par l’industrie, le chauffage et le transport (diesel), les particules peuvent provoquer de l’asthme, des allergies, des maladies respiratoires ou cardiovasculaires. Les plus fines d’entre elles (moins de 2,5 microns), qui pénètrent dans les ramifications les plus profondes des voies respiratoires et le sang, ont été classées « cancérogènes certains » par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Une étude publiée lundi indique qu’une exposition prolongée aux particules fines a un effet néfaste sur la santé même lorsque les concentrations restent dans la norme dictée par l’Union européenne, bien moins stricte que celle recommandée par l’OMS.

Source : © AFP


Responses

  1. Un rapport de l’agence a déclaré «la pollution de l’air est cancérigène, au même titre que les dangers connus tels que l’amiante, le tabac et le rayonnement ultraviolet».


Répondre à Morgane Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :