Publié par : La société solidaire et durable | janvier 3, 2014

40 % des jeunes envisagent un retour forcé chez leurs parents !


Chers lecteurs,

Loyers exorbitants, appartements rares, se loger est devenu une vraie galère pour les jeunes. Un sur trois peine à payer et presque la moitié envisage de regagner le domicile familial.

Trouver un toit pour l’année est devenu tellement compliqué, que les jeunes de 18 à 29 ans s’en soucient en priorité. Viennent ensuite dans l’ordre des préoccupations: «se nourrir», trouver un travail, «se soigner» et «s’amuser» qui arrive en bon dernier, selon une étude publiée par l’institut CSA pour le Groupe Polylogis.

LE POIDS FINANCIERS DES LOYERS

Face aux difficultés pour se loger, plus de 4 jeunes sur 10 ont d’ailleurs déjà envisagé de retourner vivre chez leurs parents. Parmi eux, 13% sont «passés à l’acte». Un retour chez papa et maman contraint. Mais quand ils ne peuvent plus payer leur loyer, ils n’ont parfois pas d’autres solutions: 11 % avouent s’être déjà trouvés dans l’incapacité de payer à la fin du mois au moins une fois. Et un jeune sur trois (32 %) affirme éprouver des difficultés de règlement.

Les deux tiers des jeunes expliquent qu’ils ont du mal à payer la caution qu’il faut verser aux propriétaires ou les frais d’agences. Ils disposent pourtant d’un budget moyen de 562€. Les parents, quand ils le peuvent, aident financièrement leurs enfants, d’autres reçoivent les aides sociales de l’État mais les montants moyens ne sont pas les mêmes: 291 euros en moyenne pour la famille contre 188 euros pour l’État.

Dans ce contexte, les jeunes ne font pas «les difficiles». La seule chose qui compte pour 86% des étudiants c’est le prix. Ils n’ont pas le luxe de choisir un logement spacieux, confortable et proche de commerces.

UN MANQUE DE LOGEMENT

Lors de leur recherche, les 18-29 ans sollicitent prioritairement les sites et journaux d’annonces entre particuliers (à 67 %) afin d’éviter de payer des frais d’agences. Mais dans certaines zones géographiques où le marché locatif est tendu, ils font encore appel aux agences immobilières (62 %). Viennent ensuite les mairies et collectivités locales (12 %) et les organismes de gestion de résidences universitaires.

Afin d’améliorer leur situation, les jeunes font des propositions. Ils souhaitent à 43% l’assouplissement des règles de constitution des dossiers de location, inciter à la construction de logements sociaux pour 40% des étudiants, un encadrement des loyers dans le parc locatif privé (32%) ou encore une augmentation des aides pour 38% des étudiants.

Source : lefigaro.fr


Responses

  1. A reblogué ceci sur Michelduchaine.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :