Publié par : La société solidaire et durable-Club de pensée citoyen | février 2, 2014

Cela fait déjà 10 ans que le film Les Choristes est sortie, un très beau film touchant et émouvant !


Chers lecteurs,

J’aimerais vous parler du film des Choristes qui est en sortie il y a déjà 10 ans ! Les Choristes est un film français réalisé par Christophe Barratier et sorti en 2004. Ce film est une adaptation du film de Jean Dréville, La Cage aux rossignols (1945).

« Les Choristes » est touchant, charmant, drôle, émouvant et inspirant. Mais surtout, il est très français. C’est l’histoire d’un nouveau surveillant, Clément Mathieu, qui arrive au pensionnat Fond de l’Étang pour garçons défavorisés et entre immédiatement en conflit avec la philosophie disciplinaire du proviseur, Monsieur Rachin.

Lorsque nous confions l’éducation de nos jeunes aux enseignants, nous formulons des hypothèses sur la motivation des enseignants, leurs qualifications et leur caractère. « Les Choristes » défie ces trois hypothèses et présente une image à des moments pénibles du système d’éducation post-guerre en France. Certes, cette école a ses problèmes particuliers – nous avons affaire avec des extrêmes – des garçons orphelins ou des garçons dont les parents n’ont pas les moyens de les soutenir (financièrement et / ou socialement), mais cela ne sert qu’à accentuer le conflit entre les deux styles d’éducation établis dans le film – la discipline stricte autocratique qui contraste avec l’approche plus sensible, compatissante et humaine.

Le proviseur, Monsieur Rachin, est un personnage particulièrement antipathique, froid et rigide dans son application des règles. Ceci est en contraste direct avec Clément Mathieu, un surveillantmodeste qui présente néanmoins une approche bien plus attrayante et humaine envers les problèmes d’éducation et comment traiter les enfants potentiellement difficiles.

Les méthodes de Rachin  rappellent l’Ancien Régime, tandis que les méthodes de Mathieu sont en harmonie avec les Lumières et l’âge de raison. Mathieu semble incarner les mots d’ordre « in loco parentis » (à la place des parents), les maîtres mots de la profession enseignante écossaise, comme il montre une attitude bienveillante et cherche à encourager les garçons, plutôt que de simplement les traiter. Rachin montre peu de considération pour ses élèves et voit clairement son rôle comme celui de la gestion plutôt que d’éducation ou de développement.

Le film aurait pu facilement tomber dans un ton plus sombre, étant donné le contexte et la plupart du contenu, mais Barratier et ses acteurs parviennent à maintenir un ton positif, en grande partieparce qu’il ne s’attarde pas sur les événements les plus désagréables, mais aussi, et peut-être plus important, grâce à l’injection d’humour et de l’espoir de Mathieu sous la forme d’action positive et un sentiment de progrès.

La musique du film augmente considérablement le ton et renforce le pathos. À certains moments d’une simplicité trompeuse, mais teintée de tristesse et de l’esprit de jeunesse, la musique du film nous permet de partager encore plus vivement les émotions et les réactions des personnages.

Quelle est la clé du succès de Mathieu avec les garçons? De toute évidence, ils apprennent à apprécier la musique et chanter à merveille, mais plus important encore, ils apprennent le respect – pour les autres et pour eux-mêmes grâce aux efforts qu’ils font et le succès qu’ils acquièrent à la suite de ces efforts. Ils apprennent à se traiter avec considération. La musique peut être le moyen, mais l’objectif et le résultat final est l’humanité.

Le film montre clairement qu’un homme peut faire une différence. Mathieu touche la vie de ces garçons. En dehors de l’humanité de l’introduction de la musique (qui est un motif suffisant pour le succès!), il introduit également le respect.

Comme la grande majorité des êtres humains honnêtes, ses œuvres demeurent méconnues et il n’atteindra jamais la gloire et la reconnaissance qu’il désire, mais il a touché et transformé la vie d’une manière plus fondamentale – il est quelqu’un qu’on admire, quelqu’un dont le « héroïsme » est réalisable par tous. Il est triste, voire tragique, qu’il considère sa vie comme un échec.

Il a, bien sûr, une défaillance importante – Mondain. Cependant, même Mondain semble suggérer qu’il reconnaît l’influence potentiellement positive de Mathieu comme il hoche la tête vers lui comme il est enlevé par la police. C’est peut-être tout simplement trop tard pour Mondain – il est incapable ou refuse de changer, mais peut-être aussi, s’il avait rencontré quelqu’un comme Mathieu, quelques années auparavant …. .

Il convient de souligner que Mathieu ne souffre pas trop de la part des garçons. À cet égard, le film pourrait être assez accusé d’être un peu simpliste. Les garçons répondent sans aucun doute trop rapidement et facilement au style de Mathieu, mais nous devons nous rappeler qu’il s’agit d’un hymne à l’humanité. Il s’agit d’une représentation, une œuvre d’art si vous voulez. Il fait ses points de façon claire et convaincante, avec une progression constante de l’histoire et dans le développement du caractère.

Les performances sont excellentes tout au long – Rachin (interprété par François Berléand) est dépourvu de toute possibilité ou d’un élément de sympathie (avoir incorporé cet élément aurait pu conduire vers la tragédie), et au lieu, nous sommes invités à voir et à rire de ses faiblesses. De cette façon, le film reste divertissant tout en faisant des points graves.

Mathieu (Gérard Jugnot) est un personnage charmant et est magnifiquement joué par Jugnot alors que nous avons la sympathie maximale pour ce perdant qui n’est pas d’accord avec son temps et la société, et qui devient un héros improbable. Il semble suggérer que tout homme peut être un héros en étant humain.

La direction de Christophe Barratier est vive et riche en émotion – nous nous sentons une réelle sympathie pour ces personnages et nous venons à nous préoccuper de leur sort, alors qu’il aurait été agréable d’entendre et de voir comment Le Querrec, Boniface, Corbin et les autres s’étaient passées dans la vie, ainsi que Morhange et Pépinot. Toutefois, une telle critique est insignifiante face à un conte tellement touchant de l’humanité.

Que sont devenus les acteurs dix ans après ?

Jean-Baptiste Maunier

France 2 : Les Choristes, que sont-ils devenus ?

Après avoir été révélé par le film Les choristes sorti en 2004 dans lequel Jean-Baptiste Maunier interprétait le rôle de Pierre Morhange, le jeune comédien a poursuivit sa carrière dans le monde du cinéma. En 2011, il tient un rôle dans le film Perfect Baby de Wang Jing. En parallèle il participe aux Enfoirés depuis 2005. Il était au Zénith de Strasboug pour sept dates avec toute la troupe. Il était en tourné jusqu’au 12 janvier 2014 pour la pièce de Nicolas Billon, La chanson de l’éléphant. Côté musique, il prépare un album en secret.

Gérard Jugnot

 Gérard Jugnot

Gérard Jugnot  incarnait le professeur de chant dans les Choristes, Clément Mathieu. On le retrouvera dans Babysitting un film de Philippe Lacheau et Nicolas Benamou, une comédie qui sortira au printemps prochain. Il apparaîtra dans deux films pour la fin de l’année 2014, Benoit Brisefer : Les taxis rouges de Manuel Pradal où il jouera aux côtés de Jean Reno. Le deuxième film est On a marché sur Bangkok d’Olivier Baroux avec Kad Merad et Alice Taglioni.

Voici ici Les Choristes en concert :

Ici la même chanson chanté par Beyoncé :

Source : wikipedia, www.staragora.com et youtube


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :