Publié par : La société solidaire et durable | août 29, 2014

Ebola: « Tout est réuni pour que cela s’emballe » !


Chers lecteurs,

ebola

Un homme porte un masque et une combinaison de protection à l’entrée d’une tente médicale à Gueckedou, en Guinée.

Ce sont les mots du co-découvreur du virus Ebola, en 1976. Peter Piot dénonce la lenteur extraordinaire des institutions dans la gestion de l’épidémie, qui a déjà fait plus 1.500 morts dans des pays où les services de santé ne fonctionnent pas.

Le professeur belge Peter Piot, codécouvreur du virus Ebola en 1976, a estimé mardi que tout était réuni pour que l’épidémie « s’emballe » et a regretté « la lenteur extraordinaire » de la riposte de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans une interview à Libération.

« La population se méfie des autorités »

« Jamais nous n’avions connu une épidémie d’une telle ampleur (…). Depuis six mois, nous assistons à ce que l’on pourrait appeler une ‘tempête parfaite’: tout est réuni pour que cela s’emballe », a mis en garde le Pr Peter Piot.

L’épidémie de fièvre hémorragique Ebola, qui a déjà fait près de 1.500 morts, « explose dans des pays où les services de santé ne fonctionnent pas, ravagés par des décennies de guerre. En plus, la population se méfie radicalement des autorités », a-t-il relevé dans le quotidien. « Il faut rétablir la confiance. Rien ne peut se faire dans une épidémie comme celle d’Ebola sans la confiance ».

« Lenteur extraordinaire » des institutions

Le coordinateur de l’ONU contre le virus Ebola, le Dr David Nabarro, avait déjà prévenu lundi que la lutte contre l’épidémie était une « guerre » qui n’était pas gagnée et pourrait prendre six mois. Le professeur Piot a également regretté « la lenteur extraordinaire » des institutions.

« L’OMS ne s’est réveillée qu’en juillet » alors que l’alerte avait été lancée dès le début du mois de mars et que l’épidémie avait débuté en décembre 2013. « Elle endosse maintenant le leadership, mais il est tard », a-t-il ajouté. A la mi-août, des experts réunis par l’OMS ont jugé « éthique » de fournir aux malades des médicaments expérimentaux aux effets secondaires non encore mesurés.

Source :  AFP

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :