Publié par : La société solidaire et durable | novembre 6, 2014

Orages volcaniques, ou quand la nature se déchaîne !


Chers lecteurs,

Orages volcaniques, ou quand la nature se déchaîne

Les orages volcaniques sont des phénomènes fréquents lors d’éruptions volcaniques. Lorsque le volcan éjecte de la cendre et des résidus dans les airs, des charges électriques sont générées qui donnent naissance à d’énormes éclairs au milieu des nuages de cendres. Cela donne lieu à des photographies spectaculaires, dont voici une petite sélection.

Ce type d’orage n’est pas issu d’une fusion entre un orage et un volcan en éruption. Il provient seulement de l’électricité statique accumulée dans le nuage de cendre. Ce phénomène est courant et connu depuis des siècles. Ils ont pu être observés lors de l’éruption d’Eyjafjallajökull en 2010 par exemple. Il nous permettrait à l’avenir de connaître la quantité de cendres projetées par un volcan.

Ce phénomène se produit au sein du nuage de cendres, au-dessus du volcan en éruption. Au même titre que pour un orage classique, les particules, ici de poussière et non de glace, s’entrechoquent. Ces collisions répétées permettent un échange d’électrons entre les éléments, créant une différence de charge en plusieurs endroits. Lorsque cette différence dépasse un certain seuil, l’air n’est plus suffisamment isolant pour empêcher le transfert d’électrons. Il se forme alors un éclair.

Dans une étude publiée en décembre 2013, des scientifiques de l’Université Louis-et-Maximilien à Munich, en Allemagne, ont réussi à reconstituer des orages volcaniques en laboratoire. « Pour simuler le panache, nous avons rempli de cendres volcaniques un autoclave cylindrique en acier, scellé au sommet par une plaque de cuivre » explique Corrado Cimarelli, co-auteur de l’étude. Ils augmentent ensuite la pression au sein du cylindre jusqu’à ce que la plaque de cuivre cède. La décompression qui s’en suit projette les cendres qui s’entrechoquent, créant ainsi un mini orage volcanique.

En faisant varier la quantité de cendres et le diamètre des particules, ils ont pu observer différents éclairs. « Cela signifie que nous pourrions être en mesure de quantifier la quantité de particules fines contenues dans les panaches en enregistrant la foudre volcanique générée lors d’éruptions explosives », explique Corrado Cimarelli. Ces analyses permettraient de mieux prédire l’évolution des nuages de cendres, mais elles restent encore difficiles à réaliser.

Source : http://citizenpost.fr/


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :