Publié par : La société solidaire et durable-Club de pensée citoyen | mai 31, 2015

La grande traversée de Solar Impulse au dessus du Pacifique !


Chers lecteurs,

Solar Impulse 2, l'avion à energie solaire s'est lancé dans la plus longue étape de sa circonvolution entre Nankin en Chine et Hawaï

Un vol de 8 500 km qui devrait durer environ 130 heures. L’avion révolutionnaire Solar Impulse 2 a décollé de la ville de Nankin en Chine dans la nuit de samedi à dimanche pour mettre le cap sur Hawaï pour la plus périlleuse des étapes de son tour du monde.

Pendant six jours et six nuits, le pilote suisse André Borschberg va devoir tenir seul aux commandes de cet appareil à énergie solaire grâce à ses ailes tapissées de plus de 17 000 cellules photovoltaïques. Un exploit technologique et historique: jamais Solar Impulse 2 n’a volé au-dessus d’un océan ni n’est resté en l’air plus de 24 heures. En outre, s’il arrive à destination, jamais un pilote dans l’histoire de l’aviation ne sera resté aussi longtemps seul aux commandes.


Cloué au sol depuis le 21 avril, le départ de Nankin a été reporté à plusieurs reprises en raison d’une météo défavorable, notamment mardi dernier pour cause de couverture nuageuse au-dessus de Nankin et de la mer du Japon. Profitant d’un fenêtre favorable, l’appareil a pris son envol à 02H40 heure locale (18H40 GMT samedi) éclairé par des projecteurs à l’avant de ses ailes avant de disparaître dans la brume…


Après un peu plus de douze heures de vol, Solar Impulse 2 avait parcouru 1 050 km sur les 9 000 de cette étape au long cours. L’appareil survolait la Corée du Sud à une altitude de 29 000 pieds à une vitesse de 25 noeuds (soit 46 km/h). A bord, selon le site qui suit l’avion en direct, tout allait bien. Les batteries qui profitent des rayons du soleil étaient rechargées à 99,5%.

«Je croise les doigts. J’espère traverser le Pacifique. Nous disposons d’une bonne fenêtre météo pour cette traversée», a assuré André Borschberg avant de monter dans le cockpit.



Agé de 62 ans, André Borschberg s’est préparé à toutes les éventualités. Chaque jour, le pilote va devoir affrontera des altitudes himalayennes autour de 28.000 pieds (8 400 mètres) et des variations de température de 55 degrés dans la cabine monoplace non pressurisée de Solar Impulse 2 en ne se reposant que par plage de 20 minutes à chaque fois. Par ailleurs, le cockpit est trop petit pour pouvoir se dégourdir les jambes.

VIDEO. Solar Impulse 2 : des conditions extrêmes pour les pilotes

En cas de panne, le pilote suisse devra sauter en parachute dans l’océan. « Je ne vois pas cela comme risqué, parce que nous avons travaillé longtemps sur les différents problèmes, a-t-il confié. Si nous perdons un moteur, on peut voler avec les trois autres, par exemple. Dans le pire des cas, nous avons un parachute, un radeau de survie et on sait s’en servir. Évidemment, on espère qu’on n’aura pas à le faire.»

Au total cette circonvolution était originellement prévue pour durer cinq mois, dont 25 jours de vol effectif, avant un retour à Abou Dhabi.

Source : http://www.leparisien.fr


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :