Publié par : La société solidaire et durable | août 14, 2015

Quand le réchauffement climatique fait resurgir les cadavres du passé !


Chers lecteurs,

glace alpiniste mexicain OrizabatreUn corps momifié d’un alpiniste mexicain surgit de la glace sur le Pic d’Orizaba, le 5 mars 2015 © EPA/EFE

Quoiqu’en disent les climatosceptiques, le réchauffement climatique est une réalité qui se voit sur le terrain. Alors que la banquise arctique n’en finit pas de fondre, les glaciers continentaux reculent comme jamais dans l’histoire de l’Homme. La preuve de cette fonte ? L’apparition de corps qui étaient auparavant figés sous la glace dans les Alpes mais aussi dans les Andes. Quand les fantômes du passé nous alertent sur l’avenir de nos sociétés…

Selon les conclusions du cinquième Rapport d’évaluation du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du climat) sur les changements climatiques, le doute n’est plus permis sur l’implication des activités humaines dans le réchauffement climatique en cours : sans réaction rapide et globale, les conséquences seront irréversibles et dangereuses. « L’influence de l’homme sur le système climatique est claire et en augmentation, avec des incidences observées sur tous les continents. Si on ne les maîtrise pas, les changements climatiques vont accroître le risque de conséquences graves, généralisées et irréversibles pour l’être humain et les écosystèmes ».

Ce réchauffement est déjà clairement visible et touche de nombreuses régions glacées dans le monde : les permafrosts[2] de Russie, la glace du Nord du Canada, ainsi que les glaciers en Nouvelle-Zélande, etc. Trois autres sites sont révélateurs de ces changements, à deux latitudes[1] différentes sur Terre, des preuves formelles attestent de la fonte des glaciers continentaux : dans les Alpes, au Mexique et dans les Andes. Ils représentent une aubaine pour les archéologues et pour résoudre certaines disparitions non élucidées dans les montagnes.

Le réchauffement climatique fait resurgir la guerre blanche dans les Alpes

C’est dans un petit village alpin, du côté de la frontière italienne, à Péio, que des fouilles archéologiques ont été faites suite à la découverte de corps d’anciens combattants de la première guerre mondiale.

La fonte du glacier alpin va permettre aux historiens d’avoir plus de détails sur l’une des batailles de la première guerre mondiale. Et pour cause, les corps ensevelis à l’époque, et réapparus à la surface avec la fonte de la glace, sont des témoins précieux de la Guerre Blanche.

Péio a été, à l’époque de la première guerre mondiale, l’un des villages alpins le plus haut et donc, un point d’observation stratégique pour la guerre. C’est donc dans cette zone que les Autrichiens et Italiens se sont combattus, à près de 2000 mètres d’altitude et dans la neige. C’est ainsi que le nom de Guerre Blanche, peu connu en dehors de la zone concernée, est apparu..

Soldats autrichiens guerre blancheTrois cadavres momifiés de soldats autrichiens ont été découverts en 2004 à la faveur de la fonte des glaciers alpins. © Musée de la Grande Guerre, Peio

A la suite de cette bataille dans les montagnes, des cadavres de soldats ont été ensevelis sous la neige. Et c’est après plusieurs décennies et avec les températures qui augmentent, que les corps issues de cette guerre sont apparus au grand jour, momifiés par la glace qui a fondu. Ainsi, depuis quelques dizaines d’années, plus de 80 corps de la Guerre Blanche ont été révélés suite au réchauffement, et d’autres sont encore attendus.

Le réchauffement : un moyen d’élucider les cas des disparus en montagne

Le second site se situe de l’autre côté de l’Atlantique : au Mexique. C’est sur le volcan le plus haut, le Pic d’Orizaba ou Citlaltépetl (5 636 m d’altitude), que de nouvelles recherches archéologiques ont pu être menées « grâce » à la fonte du glacier.

En effet, des corps plus récents apparaissent avec le retrait du glacier et permettent d’élucider de mystérieuses disparitions en montagne. Ainsi, il semblerait possible d’enquêter de nouveau sur des crash d’avion datant de 1951 et 1999.

Mais aussi de remonter au temps des Incas…

D’autres cas, au Chili par exemple, sont assez spectaculaires car la fonte d’un glacier d’une des montagnes a pu faire apparaître des corps d’enfants datant d’au moins 500 ans et qui correspondent à la civilisation Inca[3]. Ceci n’est pas étonnant, puisque les teneurs actuelles en gaz à effet de serre n’ont pas d’équivalent depuis au moins 800 000 ans !

Quelles leçons en tirer ?

Pour les historiens et archéologues, les corps dévoilés ces derniers temps sont comme des trésors. L’histoire de nos civilisations peut être enrichie et précisée, des mystères peuvent être résolus, des analyses ADN peuvent être conduites sur certains corps afin d’apaiser les familles toujours en attente.

Néanmoins, la situation climatique est accablante. Le Mexique, la France, le Chili, la Russie, la Nouvelle-Zélande,… Pratiquement tous les glaciers mondiaux fondent et ce, dans n’importe quel coin du globe.

Les conséquences ne sont pas anodines, selon le Programme des Nations Unies pour l’Environnement : « Les conséquences sont multiples et importantes : l’approvisionnement en eau douce (pour l’agriculture et la consommation) sera affecté, l’élévation des niveaux de la mer aura des répercussions sur les régions côtières et les îles de faible altitude, et la subsidence des sols actuellement gelés et d’autres phénomènes représentent des menaces croissantes. » Généralement, cela augmente le risque d’avalanche ainsi que la formation de lacs gelés.

Les corps des défunts sont là pour nous rappeler que le réchauffement climatique est une réalité bien tangible. Pour une fois, les fantômes du passé semblent bien réels…

Notes

  1. Mesure angulaire variant de 0 à 90° avec 0 pour l’équateur et 90° au niveau des pôles. C’est une mesure qui découpe la Terre horizontalement.
  2. Permafrost ou pergélisol désigne un sol gelé en permanence pendant au moins deux ans, et est donc imperméable.
  3. Civilisation précolombienne qui prend naissance dans l’actuel Pérou, se développant le long de la cordillère des Andes, et date du début du 13e siècle.

Sources

Auteur

 Chloé Larre / notre-planete.info – Tous droits réservés

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :