Publié par : La société solidaire et durable | décembre 9, 2015

Pékin pour la première fois en « alerte rouge » à la pollution !


Chers lecteurs,

Pékin pour la première fois en "alerte rouge" à la pollution

La capitale chinoise s’est déclarée lundi pour la première fois en alerte maximale « rouge » à la pollution atmosphérique. Face à ce nouvel épisode « d’airpocalypse », des mesures exceptionnelles ont été prises à Pékin.

Le nord de la Chine suffoque ces derniers jours sous un épais brouillard polluant, que le gouvernement a attribué lundi aux « véhicules à moteur », mais qui est aussi exacerbé par une consommation de charbon accrue à l’orée de l’hiver. Le gouvernement chinois avait d’ailleurs annoncé le 3 décembre la modernisation des centrales au charbon, d’ici 2020, pour diminuer de 60% leurs émissions polluantes.

L’alerte rouge déclenchée lundi intervient alors que la conférence sur le climat (COP21) aborde sa dernière ligne droite à Paris.

Le Bureau de la Protection environnementale de la municipalité de Pékin a annoncé une série de mesures qui prendront effet mardi jusqu’à jeudi.

Circulation alternée et transports en commun

Une circulation alternée, suivant le dernier numéro (pair ou impair) de la plaque d’immatriculation, sera mise en place pour toutes les voitures particulières et officielles, à l’exception des véhicules électriques. Dans un effort supplémentaire, les autorités locales ont également annoncé le retrait temporaire de 30% de leurs véhicules de fonction de la circulation.

En compensation, 200 bus supplémentaires, « en priorité électriques ou hybrides », circuleront dans les rues de la ville, selon la compagnie des transports de Pékin, citée par le journal Beijing Daily.

Interruption des chantiers et suspension des cours

Les chantiers en extérieur seront interrompus, et les camions destinés au transport de gravats et de déchets du BTP seront interdits de circulation. Les usines les plus polluantes devront cesser leurs opérations.

Les écoles et collèges sont par ailleurs appelés à « suspendre les cours », une mesure « recommandée » mais non obligatoire. Pékin avait déjà, la veille, enjoint les établissements scolaires à arrêter pour trois jours toutes leurs activités en extérieur.

Un phénomène récurent

La pollution de l’air dans les grandes villes chinoises est un phénomène récurrent, devenu l’un des principaux sujets de mécontentement de la population et à l’origine de centaines de milliers de décès prématurés.

Pékin avait connu il y a une semaine, en pleine ouverture de la COP21, des niveaux de pollution record durant trois jours, en dépit de la fermeture de milliers d’usines. La métropole avait été noyée dans un dense brouillard blanchâtre imprégné d’une âcre odeur de charbon, qui limitait très fortement la visibilité.

La densité de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5), particulièrement dangereuses pour la santé, avait alors atteint plus de 600 microgrammes par mètre cube, selon les niveaux de référence mesurés par l’ambassade américaine à Pékin. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande un plafond moyen de seulement… 25 microgrammes par vingt-quatre heures.

Une alerte « rouge » est, selon les autorités, déclenchée lorsqu’une « forte pollution se maintient durant trois jours consécutifs », ce qui était pourtant déjà le cas la semaine passée.

Source : Rédaction web d’iTELE avec AFP – Photo: Pékin le 7 décembre 2015 / Reuters

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :