Publié par : La société solidaire et durable | janvier 3, 2016

Sur la station spatiale internationale, le premier jardin dans l’espace !


Chers lecteurs,

Un système de culture a été activé le 17 novembre 2015 par l’astronaute Kjell Lindgren à bord de la Station spatiale internationale. Les plantes commencent à pousser et une floraison est attendue prochainement.

Les plants de zinnia à bord de l'ISS, photographiés le 23 décembre 2015. NASA

Le système VEGGIE permet la culture en apesanteur. Il a été activé le 17 novembre 2015 au matin par l’astronaute taiwanais Kjell N. Lindgren. VEGGIE avait déjà été utilisé pour faire pousser des feuilles de salade mais cette fois, l’affaire est plus compliquée : il s’agit de faire fleurir un plant de Zinnia. Et « la croissance d’une plante à fleurs est bien plus difficile que la pousse d’une plante végétative comme la laitue. L’éclairage et d’autres paramètres environnementaux sont plus critiques », explique Massa Gioia, du Centre spatial Kennedy. Un peu plus d’un mois après, certaines graines ont germé et les plants ont poussé pour atteindre une plus grande taille que sur Terre au même stade. Les astronautes espèrent que le plus grand d’entre eux va bientôt bourgeonner et fleurir courant janvier.

Après ce sera le tour des tomates

C’est l’entreprise américaine ORBITEC qui a conçu le système VEGGIE. Il est composé d’un support compact surmonté de diodes luminescentes rouges, vertes et bleues qui fournissent un cocktail lumineux savamment dosé durant dix heures par jour. L’eau et les différents éléments nutritifs sont fournis par un tube qui arrive directement dans une brique de substrat nutritif fermée dans un emballage hermétique. Les zinnias vont pousser pendant 60 jours avant de fleurir, vers la mi-janvier. Ce sera donc une culture deux fois plus longue que lors de « l’expérience salade ». « Le test avec les zinnias contribuera à faire progresser notre connaissance sur la façon dont les plantes fleurissent dans le système VEGGIE. C’est une première étape vers un jardin dans l’espace« , se réjouit Trent Smith, responsable du programme. Les chercheurs espèrent également obtenir des données sur les ramifications des racines en impesanteur, évaluer l’impact du pollen dégagé par les fleurs sur les systèmes d’aération et enfin, évaluer un éventuel effet positif sur le moral de l’équipage.

ROQUETTE. Après cette expérience, des tests auront lieu avec des plants de tomates en 2017 mais la salade n’est cependant pas passée à la trappe. Le 15 décembre dernier, l’astronaute Britannique Tim Peake, de l’Agence spatiale européenne, a décollé à bord d’une fusée Soyouz à destination de la Station spatiale internationale. Dans ses bagages, Tim a embarqué avec lui un million de graines de « salade » roquette (Eruca Sativa) qui seront plantées une fois de retour sur Terre. Le but étant de comprendre comment la microgravité peut modifier la viabilité des semences.

Source : http://www.sciencesetavenir.fr

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :