Publié par : La société solidaire et durable | janvier 4, 2016

Louchats : Un potager miracle en permaculture !


Chers lecteurs,

Pascal et Cathy Caillot appliquent les principes de la permaculture à leur potager d’environ 500m2, à Louchats.

Pascal Caillot sur sa propriété à Louchats.

Ce couple n’a pas attendu la Cop21 pour se lancer une démarche citoyenne et respectueuse de l’environnement. Pascal et Cathy Caillot appliquent les principes de la permaculture à leur potager d’environ 500m2, à Louchats, où ils se sont installés il y a une vingtaine d’années. C’est Pascal qui décide d’appliquer les principes et les éthiques de cette philosophie du non-agir, enseignée par Fukuoka, au Japon, et reprise par les Américains et maintenant de nombreux Européens depuis les années 70.

Elle s’articule autour de trois principes : prendre soin de soi et des autres, prendre soin de la terre, redistribuer les surplus. La permaculture, plus qu’une simple mode ou tendance, repose sur le bon sens. Ainsi, Pascal ne laboure pas, n’arrose pas et ne traite pas non plus son terrain. Les récoltes qu’il obtient sont quasi miraculeuses et avec Cathy, sa femme, ils déposent devant leur porte, régulièrement, des cagettes des légumes trop nombreux qu’ils produisent, afin que chacun puisse se servir.

Le choix des graines est primordial, aussi Pascal n’achète, au début, que des graines non hybrides dont il pourra récupé- rer les graines pour les ressemer l’année d’après vers une autonomie de plus en plus grande. Favorisant le compagnonnage des végétaux et les associations (légumes racines/légumineuses/ aromatiques), il obtient des variétés rustiques, résistantes avec une meilleure valeur nutritionnelle et une saveur inégalable.

Couvrant tout le temps la terre, par un paillage d’au moins 20 cm, il permet à la terre de garder sa chaleur l’hiver et son humidité l’été. Ainsi durant cet été 2015, malgré la canicule, il n’a pas arrosé et ses récoltes ont été extraordinaires ! Quelle belle perspective pour tous ceux qui veulent s’adonner aux joies du jardinage et du potager tout en refusant les traitements phytosanitaires de l’industrie agroalimentaire, dont on sait aujourd’hui, qu’ils représentent un danger pour la santé publique ! Pascal fertilise ainsi sa terre (ici pourtant composé d’alios et de sable) mais qui, d’année en année, s’enrichit en créant de la biomasse et de l’humus. Avec Cathy son épouse, ils sont pratiquement en autosuffisance alimentaire concernant les fruits, les légumes, les plantes médicinales et les aromatiques.

Source : http://www.lerepublicain.net

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :