Publié par : La société solidaire et durable | juin 7, 2016

Paimpol : deux hydroliennes raccordées au réseau cet été !


Chers lecteurs,

Situées entre Paimpol et Bréhat, les deux turbines doivent permettre de « valider le principe technologique de ferme hydrolienne ». Doc. DCNS

Après avoir immergé deux de ses hydroliennes au large de Bréhat, dans les Côtes d’Armor, le groupe naval DCNS espère leur raccordement au réseau électrique par un câble unique pour cet été 2016. Ce serait la première ferme d’hydroliennes au monde. Elle doit pouvoir alimenter 1500 foyers, hors chauffage. Budget total du projet: plus de 40 millions d’euros.

C’est le 29 mai qu’a été mise à l’eau, sur le plateau de la Horaine, entre Paimpol et Bréhat, dans les Côtes d’Armor, la deuxième hydrolienne devant constituer, avec une première turbine immergée le 20 janvier, « le premier parc, en France et dans le monde, d’hydroliennes raccordées via un seul et même câble au réseau national de distribution d’électricité », selon le groupe naval DCNS dont la filiale OpenHydro a réalisé ces machines de 16 mètres de diamètre.

Dans ce projet dont le budget est de plus de 40 millions d’euros, DCNS est associé à EDFqui exploitera ce parc de 1 mégawatts (MW) de puissance, et à Général Electric pour le convertisseur « qui va transformer l’énergie en courant continu » afin que celui-ci soit acheminé par un câble sous-marin de 16 km au poste de livraison terrestre EDF de Ploubazlanec, à côté de Paimpol. Hors chauffage, environ 1500 foyers doivent être alimentés par cette électricité.

Une première étape avant la ferme hydrolienne Normandie-Hydro du Raz Blanchard

Les deux hydroliennes ont été immergées à une quarantaine de mètres de fond et à une dizaine de mètres l’une de l’autre, « sans qu’aucuns travaux de génie civil ni intervention de plongeurs ne soient nécessaires », précise DCNS. En effet, des hydroliennes comme celles d’OpenHydro ne nécessitent ni forage ni encrage, leur poids devant être suffisant pour assurer leur stabilité. Les turbines ont été posées au fond de l’eau « grâce à un système de treuils et de câblage, équipé de moteurs hydrauliques » qui « permet de sécuriser et faciliter les opérations d’installation et de maintenance, tout en assurant un niveau de précision optimal ».

 » L’objectif est désormais le raccordement au réseau électrique des deux hydroliennes, qui devrait avoir lieu durant l’été 2016″, précise le groupe naval. « Grâce à ce projet, mené sous maîtrise d’œuvre EDF, les différents partenaires vont pouvoir valider le principe technologique de ferme hydrolienne, étape indispensable avant le passage aux fermes pilotes dont le projet Normandie-Hydro, mené en partenariat par DCNS et EDF Energies Nouvelles, sera l’une des concrétisations avec le raccordement en 2018 au réseau de 7 hydroliennes dans le Raz Blanchard », au large de Cherbourg, ajoute-t-il. Dit autrement, il s’agira alors de valider le modèle économique des fermes hydroliennes, avant le passage au stade industriel.

Programmé pour être opérationnel en 2018, le projet Normandie-Hydro doit permettre, avec une puissance de 14 MW (2 MW par hydrolienne), l’alimentation en électricité d’environ 13 000 personnes. A terme, avec le déploiement de futures fermes commerciales en France et en Europe, ce projet doit également donner l’opportunité à la région Normandie d’accueillir “un hub d’assemblage et de maintenance, devant générer plusieurs centaines d’emplois”, espèrent les responsables. Budget total d’investissement et de fonctionnement (sur 20 ans): 112 millions d’euros. Subventions et avances remboursables au titre des investissements d’avenir: 52 millions d’euros.

Le potentiel hydrolien de la France est estimé à au moins 3 GW (3 000 MW), soit la puissance de 2 à 3 réacteurs nucléaires. Cela équivaut également à 20 % des capacités théoriques européennes, elles-mêmes dominées par la Grande-Bretagne (60%). A l’horizon 2020, 400 à 500 MW pourraient être installés en Europe dont une centaine en France, selon EDF qui estime à 6 – 8 millions le nombre d’Européens qui seraient à terme en mesure d’être alimentées en électricité par cette énergie marine.

D’autres initiatives développant l’énergie hydrolienne sont actuellement en cours en France, notamment avec les hydroliennes Sabella dont un exemplaire, immergé dans le passage du Fromveur, entre Molène et Ouessant, est connectée depuis septembre 2015 au réseau de l’Ile d’Ouessant. Début 2016, cette hydrolienne avait produit plus de 50 MWh en quelques mois. Le raccordement d’une ferme comprenant quatre hydroliennes de type Océade d’Alstom est par ailleurs prévu d’ici 2018 au Raz Blanchard.

Source : http://www.sortirdupetrole.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :