Publié par : La société solidaire et durable-Club de pensée citoyen | avril 5, 2020

Villes Fertiles : des éco-modes de vie inspirés du biomimétisme !


Chers lecteurs,

Au carrefour international d’une crise économique et écologique, le citoyen du monde cherche à se réinventer par un mode de vie éco-responsable sans hypothéquer le destin des générations futures! Dans le but de diffuser des constats stressants et de proposer des solutions alternatives, mon agence « Vincent Callebaut Architectures » construit des portes entre la recherche fondamentale en laboratoire et la recherche appliquée industrielle afin de concevoir de nouveaux prototypes architecturaux résilients aux dysfonctionnements climatiques et à la pollution croissante de notre bleu planète.

A l’aube de la troisième révolution industrielle qui émerge depuis une décennie par la fusion des Biotechnologies et des Technologies de l’Information et de la Communication, leurs architectures vertes ouvrent des perspectives de nouveaux processus métaboliques urbains qui se comportent de manière biomimétique, comme des écosystèmes matures où rien n’est perdu et tout est recyclé ou transformé. Comme une forêt tropicale, leurs villes «post carbone» doivent être éco-conçues pour transformer les contraintes en opportunités en recommandant d’un côté une partie énergétique autosuffisante (soit électrique, calorifique ou alimentaire) et de l’autre le recyclage en énergies durables des déchets de pollution. Adapter la forme au fonctionnement, miser sur la biodiversité, programmer la multifonctionnalité, favoriser la multiculture et l’autogestion,

La forme vivante la plus ancienne est apparue il y a 3,8 milliards d’années. sur une question durable, les sociétés humaines sont en retard par rapport à la nature. Si seulement 1% des espèces ont survécu, s’adaptant sans relâche et ceci sans une goutte d’essence, leur survie mérite le respect. Inspirées de ces milliards d’années de recherche et développement, de nouvelles approches d’innovation visant la modification du bilan carbone nous guident vers les trois références utilisées par les biotechnologies contemporaines : le biomorphisme, le bionique et le biomimétisme.

Tout d’abord, le Biomorphisme nous permet d’étudier l’intelligence des formes de la nature dont la plasticité utilise souvent un minimum de matière pour un maximum d’efficacité énergétique (ex: ailes d’aigle des marches, forme spirale hydrodynamique du nautile, ventilation naturelle des nids de termites). Ensuite, le Bionic nous fait comprendre la stratégie du vivant et l’ingéniosité structurelle des matériaux (ex: plasticité des feuilles de nénuphars, hyper résistivité des ailes de libellules ou nids d’abeilles). Enfin, le biomimétisme nous permet d’analyser et de transposer à l’échelle d’une ville tous les effets rétroactifs qui font vivre des écosystèmes matures à long terme par la diversification, la coopération et la réduction des besoins à la source (ex: agriculture d’auto régénération, copie de synthèse photo, production de bio-hydrogène des algues).

Alors que la principale raison de l’architecture, depuis l’aube des temps, est de protéger l’humanité de la nature, la ville contemporaine souhaite à travers ces méthodes émergentes réconcilier l’homme avec son écosystème naturel. L’architecture se fait métabolique, fertile et créative! Les façades deviennent comme des épidermes, intelligentes, auto régénératrices et organiques. Ce sont des matériaux mobiles, recouverts de plantes libres et ajustent toujours la forme à la fonctionnalité. Les toits deviennent le nouveau terrain d’une ville verte. Le jardin n’est plus placé côte à côte avec le bâtiment, c’est le bâtiment!

L’architecture est désormais cultivable, comestible. Les flux verticaux deviennent des organes digestifs, métabolisant les déchets de la vie alimentaire et quotidienne. L’architecture n’est plus ancrée dans le sol mais plantée dans le sol, échangeant en permanence avec elle des matières organiques transformées en richesse naturelle.

De tels projets architecturaux verts sont la somme de groupes de réflexion interdisciplinaires rassemblant autour de tables rondes des spécialistes internationaux dont les complémentarités intellectuelles et culturelles nous conduisent depuis une décennie à l’élaboration de ces nouveaux prototypes de villes fertiles, de la conception à la réalisation.

Vincent Callebaut et la ville biomimétique.

Pour en savoir plus : http://vincent.callebaut.org/

Source : Vincent Callebaut


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :